Tranche de vie du 19 janvier 2017

Il n’y a pas de petits plaisirs dans la vie : cet aprèm l’électricien a installé dans notre salle de bain un tout beau tout neuf (et surtout tout fonctionnant) chauffe-serviettes ! Très utile avec une petite fille qui arrose la salle de bain à chaque bain et pour éviter à nos serviettes de moisir. Bref, ce soir avec le Chti on était joie dans notre salle de bain toute chaude !!

Une nouvelle venue dans nos vies

Décembre 2005, c’était bientôt l’hiver, bientôt Noël. Il faisait froid. Il faisait nuit. Dans mon agenda, cette journée était marquée d’une pierre blanche. C’était une de ces journées que j’attendais avec tellement d’impatience depuis juin. Une journée où j’allais pouvoir serrer dans mes bras et couvrir de baisers mon copain, descendu de son Pas-de-Calais pour quelques heures de bonheur. Une de ces journées où je finissais toujours en larmes au moment des séparations sur le quai.

Généralement on errait sans but dans Paris, ce jour-là nous avions atterri aux Galeries Lafayette, plus précisément aux rayons peluches (ce qui ferait dire au Chti bizarrement que tout cela était de mon initiative plutôt que de la sienne). J’y ai totalement craqué sur un ours en peluche, un mignon ours polaire de la marque Nounours. Le Chti me l’avait acheté et offert, pour que j’ai mon ours pour me consoler de l’absence de mon loup, maigre palliatif mais symbole délicat, un de ses premiers cadeaux…PoxinabloQuelques semaines après je retournais seule aux Galeries pour prendre à Poxinablo une copine, Zaza, qui partie dans le train suivant avec le Chti. Et comme Poxinablo et Zaza sont très forts, malgré la distance, ils eurent quelques temps après (par immaculée conception sans doute), un petit ours brun : Pookie.

Cette petite famille ours n’a été réunie qu’en 2008 sur un bout de notre canapé où depuis elle vivotait tranquillement leur vie d’ours, parfois interrompu par un câlin de Plume. À la naissance de Lucie nous avons songé à lui donner Pookie mais elle le dédaignait royalement, préférant largement sa peluche vivante.20170114-photo-zaza-001

Octobre 2015, Lucie se décide à dépoussiérer nos peluches : elle les descend du canapé et les dispose sur son tapis pour s’allonger avec elles et pointer leur nez, leurs yeux, leur bouche, leurs mains, leurs pieds, …20170114-photo-zaza-01Progressivement, Zaza a pris une part de plus en plus importante, Lucie reproduisant auprès d’elle son quotidien, lui donnant le biberon, la mouchant, la promenant, la berçant, la câlinant, la grondant, … telle une petite maman !Une petite maman un peu brutaleEt puis du jour au lendemain Zaza a été de toutes les activités ! J’avoue que cela m’a fait un peu bizarre au début de partager mon repas en compagnie d’une ourse en peluche…Bon app' ZazaMais très vite j’ai saisis les avantages d’avoir une Zaza dans mon équipe pour faire obéir une Lucie un peu distraite :20170109-lucie-zaza-03Le seul qui a un peu fait la tête au final, c’est Papa qui d’un coup a dû partager donner sa peluche à sa fille. 20170109-lucie-zaza-04

Tranche de vie du 12 janvier 2017

Lucie finissait de manger quand on sonna à la porte. C’était la vieille maman de notre voisin, tremblante et haletante contre le chambranle de ma porte. Elle me demandait de l’aide… mais ne voulait ni médicaments, ni docteurs, ni appeler son fils…20170112-tranche-de-vieJ’étais bien dépourvue, avec ma fille sous le bras, face à cette dame que je ne connaissais pas, toute dignité abandonnée, hallucinant en Corse, angoissée par sa solitude et dont l’esprit embrumé et le corps chancelant luttaient contre des maux variés et plus ou moins réels.

À un âge où je suis entièrement dévouée à l’accompagnement de ma fille dans ses découvertes, j’ai soudain été face au miroir d’une vieille maman défaillante dont le garçon se retrouvait responsable.

Alors en ce début d’année où il est de bon ton de se souhaiter la bonne année, je vous souhaite surtout une bonne santé. Car c’est quand elle part que l’on se rend compte à quel point elle est précieuse.

Sornettes et balivernes au creux de la nuit

C’était une nuit comme beaucoup d’autres, nous venions de nous coucher quand Lucie se réveilla et m’appela. Le temps de la rassurer et qu’elle se rendorme, le Chti ronflotait tranquillement dans notre lit. Aussi silencieusement que possible je me glisse sous la couette à ses côtés quand il se retourne à moitié assoupi et m’enveloppe dans la chaleur de ses bras…20170110-julien-ciseaux-sommeil-0120170110-julien-ciseaux-sommeil-02Sauf que… 20170110-julien-ciseaux-sommeil-03 20170110-julien-ciseaux-sommeil-04 20170110-julien-ciseaux-sommeil-05 20170110-julien-ciseaux-sommeil-06