Mam’zelle Bulle

Maman de L. agacée

ACTE II, SCÈNE 1

Dans un magasin de linge de maison durant les soldes, Maman de L. en sortie et étourdie cherche un bavoir pour le repas du midi. Après avoir salué les vendeuses, elle dirige en habituée sa poussette dans le coin des bavoirs.

VENDEUSE, aimablement. — Bonjour, je peux vous aider ?
MAMAN DE L. — Oui, je cherche un bavoir ?
VENDEUSE, se penchant sur la poussette. — Fille ou garçon ?
MAMAN DE L., agacée. — …

***

ACTE II, SCÈNE 2

Maman de L. entre avec sa fille dans les bras dans un tabac-presse en quête de produits à bulles de savon.

MAMAN DE L. — Bonjour monsieur, auriez-vous du produit à bulles pour bébé ?
COMMERÇANT, hésitant. — Euh pour bébé ? J’ai pour enfant mais pour bébé ?
MAMAN DE L., se reprenant. — Pour bébé ou enfant, oui ! En avez-vous ?
COMMERÇANT, interrogatif. — Fille ou garçon ?
MAMAN DE L., blasée. — … ?!!!!!!My bubble star
_____
Je ne pensais pas faire de ce type d’article une habitude, et pas aussi rapidement, mais ce sujet m’agace particulièrement.
Je sais bien que d’un point de vue marketing ne proposer que des produits genrés est plus rentable (il faut acheter pour chaque sexe), je sais que certains parents ultra-sexualise leur bébé et mordent à la moindre erreur sur le genre de leur enfant, mais moi cela me rend dingue qu’on me demande à chaque achat pour ma fille quel est son sexe !! Sérieusement pour des bulles ?!!
Qu’une offre variée plus ou moins sexuée soit proposée, soit, mais que les parents aient le choix d’ouvrir le champ des possibles à leurs enfants !! Des filles aiment les voitures, des garçons aiment les animaux, pourquoi les limiter à un rayon ?!

Les mauvaises habitudes

Le développement d’un enfant n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a des avancées soudaines et des reculs imprévus.
Mai, comme décembre-janvier, a été un mois difficile avec ses 4 molaires et ses 2 dernières incisives sortant, les voyages toujours déstabilisant, un premier gros rhume attrapé chez la pédiatre avec le vaccin et sa cohorte d’effets secondaires, sans oublier l’arrivée soudaine du langage (alors qu’elle était muette jusqu’à présent) ! Bref Lucie avait fort à faire ! Le sommeil pour elle et moi devint totalement anarchique et je dû la rebercer chaque soir, rester avec elle 15 minutes pour l’accompagner dans son sommeil durant toute cette période.

Mais si mon cœur voyait bien qu’elle avait besoin d’aide, il y avait cette petite voix grinçante dans ma tête toujours me susurrant : « elle va prendre l’HABITUDE » !!
Négocier avec ses consciences
Cette si fameuse « mauvaise habitude », celle qui terrifie les parents, cette épée de Damoclès que la pédiatre me fit miroiter quand je demandais des conseils pour nous aider.

Une habitude est mauvaise quand elle est subit des deux côtés. Alors oui je n’ai pas laissé ma fille gérer son sommeil seule en plus de toutes ces évolutions, oui je l’aurai laissé pleurer des heures elle se serait endormie de fatigue, mais je n’avais ni le cœur à le faire ni la force. Ma victoire a été de retrouver des réveils aux gazouillis et non aux hurlements de l’enfer…

Ce « Maman » que je n’attendais pas

J’avais attendu mon premier « Maman » avec impatience, jalouse du traitement de faveur du Chti pour lequel Lucie chantait sur tous les tons « Papa ». Il est arrivé soudainement, sans que je le sente venir, début avril.
Puis, comme elle avait fait pour « Papa », après cette première fois elle ne l’a pas répété avant de le maîtriser complètement un mois plus tard. C’était début mai, on était en vacances en Bretagne, soudainement elle chantait au réveil des petits « Maman » pour m’appeler.

Depuis Lucie chante des « Papas » et des « Mamans » à tire-larigot, pour qu’on la regarde, pour qu’on lui prenne son jouet tendu, pour qu’on aille lui lire une histoire, pour qu’on vienne vienne voir, pour demander de l’aide pour grimper sur la balançoire, …
Mais dans toutes cette liste, il y a un « Maman » que je n’attendais pas, un « Maman » qui m’a brisé le cœur. Ce « Maman » entrecoupant des gros sanglots de douleurs, cet appel à l’aide que je ne pouvais pas soulager, ce « Maman » où je me suis sentie totalement impuissante….MamanDur dur parfois le métier de Maman !

Un Papa pas parfait, mais son Papa à elle

Le Chti est loin d’être le « Papa parfait » des temps modernes, et il le sait.
Le nombre de fois dans l’année où il s’est levé pour gérer sa fille adorée, durant la nuit ou le petit matin, afin de laisser sa femme chérie se reposer, doit se compter sur les doigts de la main. Le dernier biberon qu’il lui a donné date probablement de l’époque immémoriable où elle ne savait pas encore marcher. Depuis la dernière fois où il est venu au parc avec nous, Lucie a appris à monter seule sur les deux petits toboggans, fait de la grande balançoire et parcourt avec assurance et seule toute la clairière du parc malgré les marches, les pentes âpres, les viles cailloux épars et les trous des racines des arbres.
20160619-papa-fille-01
Bref ce n’est pas le Papa « moderne » tant célébré et vanté aujourd’hui un peu partout mais à côté de ce qu’il ne fait pas, il y a aussi tout ce qu’il fait pour sa fille. Tout ces moments de complicité, ces regards plein de fierté et d’amour, ces jeux endiablés, ces rides de soucis et d’inquiétudes à chaque bosse, ces journées loin de nous à travailler pour nous, ces pains frais sortis du four à minuit pour les petit-déjeuners de ces mesdames, mille petites et grandes choses qui contribuent aux sourires de Lucie (et aux miens, Maman non parfaite de mon état).20160619-papa-fille-02
Aussi Lucie ne s’y trompe pas, si Maman gère le quotidien en « parent par défaut », Papa est là pour elle et l’heure de son retour est tous les jours une immense fête…20160619-papa-complice
Alors bonne fête Juju de la part de ta petite fille !

Tout le tact de mon Papa

Samedi 31 janvier 2015, Lucie sort de néonat’ et mes parents peuvent la rencontrer alors pour la première fois en vrai et non à travers une vitre.
Pour vous dresser mon état général à ce moment là, je suis abattue par cinq jours à l’hosto, stressée par la venue de ma première nuit sans filet avec ma fille, sous le contrecoup de l’accouchement, peinant à bouger avec la césarienne, mes hormones jouent au yo-yo, … Bref je suis un champ d’émotions instables et à fleurs de peau ! Et voilà t’y pas que mon Papa me trahit !!20160619-papa-tactNan mais oh !!! N’essayez pas de le rattraper en me disant c’était un compliment pour moi, que je devrais être fière de ma réussite ou je ne sais quelle excuse, il n’y a pas de justification acceptable pour cette trahison de lèse-fifille !!!
Mais je ne suis pas rancunière alors bonne fête mon Papa sans tact !! Et bonne fête à tous les autres Papas, dont en particulier le Papa du Papa de ma fille !

Le Temps des cerises


Maman de L. abasourdie ACTE I, SCÈNE 1

Deux mamans cheminent de concert avec leurs enfants, le petit C. (4 ans) et la petite L. (17 mois).
Le petit C. a trouvé sur le chemin deux grappes de deux petites cerises et essaye de les mettre à ses oreilles.

MAMAN DE C., affectueusement. — Mais les boucles d’oreilles c’est plutôt pour les filles mon chat !
MAMAN DE L., vivement. — Mais non ! Le Papa de L. a une boucle d’oreille !
MAMAN DE C., gênée. — Euh… les boucles d’oreilles… de cerises sont plutôt pour les filles !
MAMAN DE L., abasourdie. — … !?!Papa cerise

Habiller les tout petits avec « We love préma »

La valise de maternité est un incontournable de la fin de grossesse, elle matérialise à elle seule la naissance à venir. Je me suis sentie prête, le jour où le Chti prépara et installa dans notre couloir ce petit sac de voyage jaune citron dans lequel il avait glissé, plein d’amour et d’appréhension, les premiers vêtements de notre bébé, vêtements sélectionnés avec soin au fil de la grossesse, vêtements ô combien symboliques !Préparer la valise de maternité

Je me rappelle combien cette valise avait été un casse-tête pour moi. Avec quoi je devais la remplir cette valise ?! Coincée entre la peur de manquer, la peur de trop prévoir, je me rappelle avoir attendu comme le Messie la liste de ma maternité pour résoudre mon terrible dilemme ! Et une fois cette liste totalement inutile livrée (« prévoir des vêtements pour le nourrisson et la mère » sans rire ?!), je me suis tournée vers les jeunes mamans de mon entourage et les ai harcelé de questions : combien de bodys ? combien de pyjamas ? quelles tailles ?! et pour moi ?!

Sauf que voilà, parfois tout ne se passe pas toujours comme prévu. Même si la grossesse avait duré les 9 mois réglementaires et avait été sans alarme, même si j’avais essayé de tout anticiper et de tout prévoir, même si j’avais écouté avidement tous les conseils de mamans et de vendeuses averties. Et c’est ainsi que le premier jour de sa vie Lucie a été en couche dans une couveuse…SOS Préma - Vous avez du Préma ?

Eh oui ! La taille naissance ne sert à rien, généralement, le 1 mois se met cinq jours seulement, bien souvent, mais il y a aussi ces bébés trop pressés de sortir, ces bébés trop crevettes, tout ces petits bébés-là qui remplissent les néonat’ et chez qui, parfois, on doit retourner les manches trop longues de la taille préma…Son premier body

C’est pour ces bébés et leurs parents que l’association SOS Préma s’est associée pour la deuxième année consécutive aux marques Vertbaudet, Mont Roucous pour l’opération « We Love Préma ». Dans toute la France des équipes de blogueurs et blogueuses se sont montées afin de récupérer le maximum de petits bodys afin de les customiser (plus ou moins avec succès) et de les offrir à des services de néonatalogies dans plusieurs villes de France.

Au-delà du don de vêtements à des jeunes parents désemparés (majoritairement n’importe quel conjoint peut faire comme le Chti et marcher à l’aube plusieurs kilomètres pour aller chercher quelques tenues au fond des réserves d’un magasin pour habiller sa trop petite fille), ce que je trouve important est le message de soutien que ces bodys peuvent être pour ces jeunes parents déboussolés. Le cas de Lucie n’était largement pas le plus grave, nous nous en sommes très bien sortis grâce à une bonne étoile, mais les premiers jours avec leurs batteries de tests et d’expectatives ont été terribles de stress. Tout messages de soutien est bon à prendre dans ces moments là !

criteres-body-we-love-prema-2016En pratique, les bodys offerts doivent être en 100% coton, sans étiquettes (pour la peau sensible des très petits prémas) et avec une ouverture cache-coeur/kimono (ils sont teeeellement plus pratiques pour habiller un bébé de moins de 6 mois soit dit en passant si quelqu’un se renseigne ici pour une valise de maternité !). Ce sont les tailles prémas, naissances et 1 mois qui sont récoltés jusqu’à fin août.

Vous pouvez trouver sur la carte suivante les points de dépôts en France, mais s’il n’y en a pas près de chez vous, vous pouvez autrement envoyer votre colis par voie postale à des blogueuses participantes qui feront avec plaisir la transmission !

Qu’ils soient imposés par la vie ou choisis, même hideux, on se souvient toute notre vie des premiers vêtements de nos bébés…Le pyjama moche de ma fillePS: cliquez sur le dessin pour voir le pyjama moche