Déconnectée du monde

J’ai choisi, les événements aidant, d’arrêter de travailler pour m’occuper un temps indéterminé de ma fille après sa naissance. En prenant cette décision je n’avais pas mesuré à quelle point j’allais passer dans un autre monde…Jardin du Luxembourg

Mes journées étaient rythmées en heures travaillés/heures de repos, mes semaines  étaient rythmées par les week-ends et mes années étaient rythmées par les si attendues vacances.

Mon espace était vaste, chaque jour je prenais le train pour Paris. Mes gares et mon quartier parisien n’avaient aucun secret pour moi, j’en connaissais tous les moindres recoins et tous les petits raccourcis. Je musais le nez au vent dans cette ville trépidante et vibrante, observant les tendances, les nouveautés. Je me fondais telle une petite ombre dans ce paysage parisien.Tour Montparnasse

Aujourd’hui je suis passée dans un monde où le temps est flou : je sais à peine quelle jour nous sommes dans la semaine, et je connais encore moins la date du jour, je me contente de retenir les mois. Mes seules repères sont les heures des repas de Lucie.
Spatialement ma bulle s’est réduite également autour de mon appartement, de la boulangerie et des parcs pour enfant. Je déambule dans cette zone connue et reconnue de Lucie, une zone arborée totalement déconnectée du monde, un terrain de jeu formidable pour une enfant qui découvre.Gare de Paris Montparnasse

Je n’étais pas retournée à Paris depuis 10 mois et plein de mes petits repères autrefois quotidiens avaient changé. Les travaux dans ma gare de départ avait avancé, mon train était un nouveau matériel aménagé différemment, des passages avaient été fermées à l’arrivée, des raccourcis m’étaient interdis par des barrières bloque-poussettes. De bout du décor, je suis devenue une étrangère cherchant quelques bouts de nostalgie.Arbre supporter au jardin du Luxembourg

Plus frappant encore, je n’étais pas retournée dans mon quartier depuis les attentats de novembre 2015, des « mesures » (comme les politiques aiment dire) ont été prises par certains organismes : ainsi la cour de récréation arborée que j’aimais tant regarder à travers sa grille pendant mon trajet est maintenant dissimulée derrière un haut mur de métal. Même histoire pour mon ancienne fac, j’y faisais toujours un petit tour quand je passais devant mais ce matin un gardien contrôlait à la porte les identités des étudiants et professeurs, derrière lui de nouvelles barrières étanches bloquées des lieux autrefois ouverts.

Curieuse impression pour moi de voir ces murs se dresser autour d’espaces autrefois ouverts, car si je suis déconnectée, le monde semble (lui) continuer de tourner follement.Jardin du Luxembourg

Un (nouveau) dimanche à la campagne

Un nouveau dimanche à la campagne

Il y a des lieux magiques, des lieux hors du temps où on aime se ressourcer, loin du quotidien et de son rythme éperdu. Je vous avais présenté, il y a trois ans, un de ces lieux là : la maison de J-P. et de C. dans la campagne auboise.

J’y suis retournée une journée cet été avec toujours autant de plaisir, cette fois avec ma nouvelle petite extension adorée qui a découvert juchée sur les épaules de son Papa ce monde où l’horizon se perd derrière des collines couleurs blés coiffés de bois verdoyant.

Ce monde fou où il y a même des fenêtres aux toilettes, et où ses fenêtres peuvent être laissées grandes ouvertes sur le paysage et le bon air sans craindre de curieux indiscrets… sauf en cas de Papa blagueur…

Blague de PapaC. et JP., adorablement prévoyant, avait ressorti des coffres plusieurs jeux de leurs enfants, jeux qui s’ils sont dit aujourd’hui « vintage » ont juste fait le bonheur complet de Lucie…
Ils avaient aussi disposé une chaise haute pour Lucie, chaise haute qui avait servi pour C. elle-même ainsi que son père avant elle. Du haut de son année pas encore et demie, ma petite Lucie grignotait bien sagement assise sur une chaise plus que centenaire ! Un magnifique ouvrage en bois massif avec marqueterie, modulable en bureau pour enfant, comme Stokke n’en fera jamais et comme Combelle copie pâlement.

J’ai l’impression que Lucie est dans ma vie, au cœur de mon attention, depuis une éternité déjà. Pourtant, dans cette maison qui m’a connue enfant et dont chaque objet en lui-même a une longue histoire, je sens à quel point nous ne sommes que des étincelles…

Tempus fugit, amor manet.  Le temps passe, l’amour demeure.

20160703_nogent_lucie_46

Celle qui n’aimait pas les câlins

Début mai nous avons profité de nos vacances en Bretagne pour rendre comme à chaque fois visite à nos amis Blibli et Spunky.
Si Lucie était déjà là l’année dernière lors de notre dernière rencontre (et s’était amusée à vider le placard de la cuisine), elle était encore très jeune tandis que cette année elle a pu échanger et jouer avec les trois enfants de la famille (et vider le placard de la cuisine encore également… ).

Trois enfants dont un petit dernier de quelques mois de plus qu’elle, un petit garçon très très très câlin et très très très déterminé quand il décide de faire montre de son affection… pour le plus grand malheur de ma douce Lucie qui, elle, n’est pas du tout du tout du tout câlin ! Celle qui n'aimait pas les câlins

Pauvre petite fille qui depuis sa naissance déteste être serrée et contrainte !! Elle était totalement débordée par ces effusions amicales ! Mais super occasion pour deux amies blogueuses et gribouilleuses de faire un dessin à 4 mains !!! Mon premier dessin où j’ai essayé de faire à l’ordi à partir du papier (avec Spunky en aide pour les ombres, il faut reconnaître ses limites dans la vie !).

À vous la parole

Je tiens ce blog depuis janvier 2011. Je sortais de ma dernière année d’étude et de mon stage et j’allais entrer dans la vie active. Ce fut d’abord (très brièvement) un objectif professionnel avant de devenir un plaisir personnel. J’y garde le trace de mille petits et grands évènements de ma vie. Dans ce blog j’ai raconté mes premiers grands voyages, mon mariage et ses préparatifs, mon déménagement pour mon premier chez-moi, ma grossesse, mon accouchement, mes premiers pas en tant que Maman et les premiers pas de ma fille.

Bref je m’y livre à cœur ouvert depuis longtemps, sans autre limite que les gros yeux du Chti quand il trouve que je vais trop loin. Je suis ici comme dans la vie, franche et naturelle (et très loin d’être une star de la blogo ou une superwoman !)

Mais il est vrai que tout le monde n’a pas le temps de remonter des centaines d’articles pour apprendre à me connaître au-delà des photos ou des anecdotes de mon quotidien. Aussi je souhaiterai me présenter à ceux et celles qui me connaissent moins et sont curieux d’en savoir plus.

Voilà pourquoi je vous propose de me poser les questions qui vous intéresserai, et j’essayerai de répondre de mon mieux dans un article en dessins et/ou photos (si possible pour le 25 et mes 30 ans #ladatequejarriveraijamaisàtenir)

Ses premières découvertes au château de Versailles

Enceinte je traversais chaque matin la cour d’honneur et la place d’arme pour aller au boulot, en congé maternité je m’y promenais pour m’aérer, nourrissonne Lucie y a fait plusieurs tours au fond de sa poussette. Mais elle était toujours trop petite pour s’y intéresser outre mesure.

Puis elle s’est mise à pointer du doigt, à s’intéresser aux animaux, aux plantes et aux véhicules, à marcher sans chutes sur de longues distances, bref elle était prête pour son initiation de Versaillaise ! Par contre la météo s’est un peu faite désirer et ce n’est que la semaine dernière que j’ai pu lui enfiler sa plus belle robe, lui mettre une tonne de crème solaire et l’embarquer elle et une amie, direction le château !20160622_trianon_versailles_lucie_11Je prévoyais principalement de tracer jusqu’au Domaine de Marie-Antoinette pour voir les animaux mais en chemin nous nous sommes arrêtés pour visiter le Grand Trianon. Lucie y a couru sur les parquets centenaires, salué les touristes assise royalement sur la balustrade de protection, joué avec les câbles protégeant les meubles historiques, …20160622_trianon_versailles_lucie_13À ma surprise, les gens ont été particulièrement adorables avec elle, moi qui craignais de gêner avec ma si petite fille. Elle faisait même de la concurrence au conférencier, la moitié de son auditoire lui tournant le dos pour la regarder !Lucie au Grand Trianon (Photo ©Gilles Messian)

(Photo ©Gilles Messian)

Le temps s’assombrissait, les jambes s’alourdissaient, mais hors de question de ne pas passer chez Marie-Antoinette !Domaine de Marie-Antoinette, Phare de MarlboroughDepuis le temps que je lui rabâche les animaux de la ferme et leurs cris ! Elle imite même le canard, la vache, l’âne, le poisson et le lion (bon lui par contre il est pas à la ferme – normalement !). Domaine de Marie-Antoinette Mais naturellement, ce qui lui a le plus plu de tout ce beau monde a été… le chien !20160622_trianon_versailles_lucie_37Même si une chèvre a eu son petit succès et a été salué vigoureusement par une Lucie enthousiaste…20160622_trianon_versailles_lucie_42Au bilan une super journée de découvertes pour elle et une grosse fierté maternelle : aucun coup de soleil sur le bébé n’a été a déplorer ce jour !Méga coup de soleil pour Maman

L’apprentissage de la propreté

Lucie arrive à l’âge où nous commençons à regarder de nouvelles étapes : dont celle de la propreté, ce nouveau pas hors du monde des bébés. Même si elle ne nous semblait pas encore prête (avoir une couche souillée l’indiffère totalement), nous avons acheté un pot pour la familiariser avec l’objet en lui-même.

La familiarisation a plutôt fonctionné, en un sens, il a servi de terrain d’escalade ou de chapeau. Apprentissage de la propretéCe n’était pas trop le but espéré aussi nous avons laissé le pot de côté et je le ressortais pour voir épisodiquement le soir avant le bain et son pipi systématique dans l’eau. Mais comment faire tenir ma petite fille les deux fesses sur un pot suffisamment longtemps pour qu’elle y fasse pipi et comprenne ainsi le but recherché ?! Alors qu’elle adore bouger ?!

Et puis lundi est arrivé, je ressors le pot avant le bain et Lucie file s’asseoir dessus comme d’habitude. Mais cette fois elle ne se relève pas, elle y reste et joue avec ce qui l’entoure, assise ! Aussitôt j’essaye de profiter de l’occasion, de la faire durer en lui confiant mon téléphone, je tente les ruses apprises en néonat’ quand nous essayons de recueillir son urine pour des tests : je souffle du froid sur elle, lui arrose d’eau le bas-ventre, lui parle, …Apprentissage de la propreté

Finalement cela s’était transformé en jeu de versement dans le pot quand le miracle survient ! Ronde d’applaudissement, félicitations, explications, et zou au bain la petite fille !

Mardi je retente pour voir et la met sur le pot, ayant oublié mon portable je file le chercher, lui donne et attends. J’attends, j’attends, j’attends un long moment mais Lucie ne tient plus et se lève pour demander à aller au bain. Tant pis !
Mais voilà qu’au moment de ranger le pot, je m’aperçois qu’il y a un liquide au fond !Apprentissage de la propreté

Elle avait uriné sans que je le vois !! Mère boulet que je suis ! Je félicite et applaudis à rebours un peu penaude…

Mercredi soir, Lucie est épuisée et grognonne après une mauvaise nuit et une journée sans sieste, les dents travaillent en arrière-plan visiblement. Je la mets en couche et prépare le bain en vitesse quand je la vois aller tirer son pot de sous le meuble et commencer à s’asseoir dessus !Apprentissage de la propreté

Fissa j’enlève la couche, elle se rassoit aussitôt et urine directement avant de se lever sous les applaudissements béats de Maman et Papa qui passait devant la porte à ce moment là. Fière comme Artaban Lucie s’applaudit également avec délice, le bain n’est même pas encore prêt !Apprentissage de la propreté

La morale de cette histoire est que l’instinct maternel n’est pas toujours très performant ! Encore une fois Lucie m’a bien surprise par sa capacité à comprendre très vite.
Je ne sais pas si cela va se confirmer une 4e fois ce soir mais finalement on est peut-être pas si loin de la propreté…

Mam’zelle Bulle

Maman de L. agacée

ACTE II, SCÈNE 1

Dans un magasin de linge de maison durant les soldes, Maman de L. en sortie et étourdie cherche un bavoir pour le repas du midi. Après avoir salué les vendeuses, elle dirige en habituée sa poussette dans le coin des bavoirs.

VENDEUSE, aimablement. — Bonjour, je peux vous aider ?
MAMAN DE L. — Oui, je cherche un bavoir ?
VENDEUSE, se penchant sur la poussette. — Fille ou garçon ?
MAMAN DE L., agacée. — …

***

ACTE II, SCÈNE 2

Maman de L. entre avec sa fille dans les bras dans un tabac-presse en quête de produits à bulles de savon.

MAMAN DE L. — Bonjour monsieur, auriez-vous du produit à bulles pour bébé ?
COMMERÇANT, hésitant. — Euh pour bébé ? J’ai pour enfant mais pour bébé ?
MAMAN DE L., se reprenant. — Pour bébé ou enfant, oui ! En avez-vous ?
COMMERÇANT, interrogatif. — Fille ou garçon ?
MAMAN DE L., blasée. — … ?!!!!!!My bubble star
_____
Je ne pensais pas faire de ce type d’article une habitude, et pas aussi rapidement, mais ce sujet m’agace particulièrement.
Je sais bien que d’un point de vue marketing ne proposer que des produits genrés est plus rentable (il faut acheter pour chaque sexe), je sais que certains parents ultra-sexualise leur bébé et mordent à la moindre erreur sur le genre de leur enfant, mais moi cela me rend dingue qu’on me demande à chaque achat pour ma fille quel est son sexe !! Sérieusement pour des bulles ?!!
Qu’une offre variée plus ou moins sexuée soit proposée, soit, mais que les parents aient le choix d’ouvrir le champ des possibles à leurs enfants !! Des filles aiment les voitures, des garçons aiment les animaux, pourquoi les limiter à un rayon ?!