Les mauvaises habitudes

Le développement d’un enfant n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a des avancées soudaines et des reculs imprévus.
Mai, comme décembre-janvier, a été un mois difficile avec ses 4 molaires et ses 2 dernières incisives sortant, les voyages toujours déstabilisant, un premier gros rhume attrapé chez la pédiatre avec le vaccin et sa cohorte d’effets secondaires, sans oublier l’arrivée soudaine du langage (alors qu’elle était muette jusqu’à présent) ! Bref Lucie avait fort à faire ! Le sommeil pour elle et moi devint totalement anarchique et je dû la rebercer chaque soir, rester avec elle 15 minutes pour l’accompagner dans son sommeil durant toute cette période.

Mais si mon cœur voyait bien qu’elle avait besoin d’aide, il y avait cette petite voix grinçante dans ma tête toujours me susurrant : « elle va prendre l’HABITUDE » !!
Négocier avec ses consciences
Cette si fameuse « mauvaise habitude », celle qui terrifie les parents, cette épée de Damoclès que la pédiatre me fit miroiter quand je demandais des conseils pour nous aider.

Une habitude est mauvaise quand elle est subit des deux côtés. Alors oui je n’ai pas laissé ma fille gérer son sommeil seule en plus de toutes ces évolutions, oui je l’aurai laissé pleurer des heures elle se serait endormie de fatigue, mais je n’avais ni le cœur à le faire ni la force. Ma victoire a été de retrouver des réveils aux gazouillis et non aux hurlements de l’enfer…

15 commentaires sur “Les mauvaises habitudes”

  1. Alalala … l’épée de damoclès des mauvaises habitudes … qui peuvent aussi être juste un accompagnement qui va disparaître progressivement …
    Pour le sommeil, FeuFolet a eu besoin d’être accompagné : au début, je resté la main sur lui jusqu’à ce qu’il s’endorme, puis petit à petit, j’ai pu réduire le contact, puis mon temps de présence. À tel point que quand on a enlevé les barreaux du lit, il était capable de ressortir jouer seul puis se recoucher !!!
    En ce moment, je pense que l’arrivé imminente du petit frère l’inquiète un peu quand même et il a de nouveau besoin d’un accompagnement pour trouver le sommeil … ce qui n’est pas toujours facile car je fatigue aussi et manque (un peu) de patience ^^

    1. Je pars de ce principe aussi, si Lu a besoin d’aide je suis là et petit à petit je m’éloigne ! Au début elle me tenait le doigt pour s’endormir, maintenant je reste à lire dans un coin de sa chambre (moi qui ne pouvait plus lire, je suis en manque de livres par contre maintenant !)
      Parfois ça pèse un peu plus que d’autres, c’est naturel que tu fatigues un peu (et ce n’est sûrement que le début !!). Courage ! Tu tiens le bon bout !

  2. Pour avoir subit les nuits d’enfer (pas qu’un peu) je dirais aussi – et on ne le répétera jamais assez – que chaque enfant est différent (chaque parent aussi d’ailleurs) et peut-être qu’elle ne se serait pas rendormie si tu l’avais laissée…
    Bref, tout ça pour dire, malgré les conseils, ne pas aller à l’encontre de son instinct et qd bien même ses « habitudes  » (je « lol »en silence) ça ne regarde pas grand monde à part toi et ta petite famille 🙂
    En tout cas, ta puce est trop adorable, on croirait une pub pour faire des bébés lol :-p

    1. Franchement elle s’endort après deux ou trois heures de cris (et nous on a le cœur en miette plus la rage au ventre), et méga hic le lendemain elle commence à crier dès que tu l’approches de son lit même pour l’allonger sur la table à langer… Notre pédiatre elle ne la supporte pas depuis le premier vaccin, elle a une sacré mémoire et est un peu rancunière. Bref j’ai pas envie de traumatiser plus que ça !!!!!
      Tu m’as trop fait rire avec Lucie en « pub pour faire des bébés » 😆 J’avoue que même si parfois je craque elle est super sympa avec son sourire collé aux lèvres 🙂

  3. Bah, ça serait tout aussi absurde de la laisser s’endormir seule en pleurant, t’imagines un peu l’habitude qu’elle pourrait prendre : quand je me sens abandonnée et angoissée, personne ne me réconforte (oui bon je caricature un peu mais c’est pour pousser le raisonnement à l’absurde dans l’autre sens).
    Et puis tu l’as bien dit, en ce moment plein de bouleversements dans sa petite vie, donc à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Et puis franchement ça sert à quoi d’être toutes les deux angoissées chacune de votre côté, autant se câliner non?

    1. C’est tellement vrai que le raisonnement n’est jamais poussé dans l’autre sens alors qu’il est aussi absurde !!!! C’est pas bête, j’y repenserai si on m’emmerde encore avec ça !!!
      On est tellement mal quand ils s’endorment mal…

  4. Ce genre de situation se gère au coup par coup et le mieux est de laisser parler l’instinct maternel qui est en toi ! Elle est bien la pédiatre mais Lucie aurait-elle une si grande confiance en toi si tu avais suivi les conseils des uns et des autres ? Tu gères 🙂 Bisous

    1. Lucie est un enfant à la fois facile à vivre mais compliqué, la pédiatre passe peu de temps avec elle et ne la voit qu’en mode hurleuse (Lucie lui en veut toujours pour le vaccin des 2 mois…) Le bébé a la super mémoire, c’est le mieeen ! Le bébé ultra rancunier aussi 😆 On fait tellement comme on peu !

  5. J’adore la tete de ta souris Ragnagna, en plein dilemme, crevee, attendrie, attentive et aimante. Une Maman formidable, quoi 🙂

    1. Merci c’est adorable !! Le mois de mai a été vraiment pas facile, en ce moment je crois que je rattrape en dessinant le temps de mai…

  6. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on est, ce que sont nos enfants, ce qu’est la situation familiale à ce moment là… Cette « habitude » permet de passer un cap, t’a permis d’avancer avec Lucie. Dans quel état serais-tu si tu l’avais laissée pleurer ? Encore plus fatiguée sûrement, et elle n’en serait que moins bien encore !
    Les pédiatres n’ont pas toujours les mots les plus heureux… Ils sont aussi sûrement fatigués, débordés, et n’ont pas le temps d’être à l’écoute de tout !

    1. Une seule nuit à la laisser pleurer et je suis au 7ème dessous et énervée contre le monde entier, et son père pareil 🙄 Vraiment pas évident !
      Les pédiatres n’ont pas toujours les mots heureux non ! Surtout que chacun n’est pas d’accord sur les façons de faire et que chaque enfant est particulier en plus !!

  7. Je crois que le tiraillement entre peur de mauvaises habitudes et nécessiter d’aider est le lot quotidien des bons parents…
    Comment rester insensible à un pleur venu du fond du coeur ?! Celui avec les grosses larmes et les sanglots ? Moi non plus je ne sais pas… et ne veut pas savoir !

    1. Oh comme d’habitude tu as le mot juste et tout toi ! C’est exactement ça !! C’est notre lot quotidien et on se débrouille comme on peut !

Laisser un commentaire