Descente en canoë sur la Dart River

Descente en canoë sur la Dart RiverPour commencer en douceur notre voyage de noce, la journée a débuté à 7h30 devant notre hôtel. Au programme : une virée en « funyaks » sur la Dart River (un des affluents du lac Wakatipu, descendant directement des sommets enneigés alentour)… Un bus vient nous chercher et nous emmène par la route panoramique le long du lac jusqu’à l’adorable village de Glenorchy.

Vue sur le lac Wakatipu

Mais point le temps de faire des photos, il s’agit de nous équiper SÉ-RIEU-SE-MENT (en Nouvelle-Zélande, ils ne tergiversent JA-MAIS avec la sécurité !). Nous enfilons donc pas une mais deux polaires, une combinaison de plongée sans manche avec leurs bottes, un k-way bleu électrique, un gilet de sauvetage rouge. Nos petites affaires sont glissées dans un sac étanche. Bref, le comble de la sexytude !We're too sexyyyUne fois tout le monde harnachés (je meurs de chaud), nous repartons dans un plus petit bus qui nous emmène auprès de notre jetboat.

Le jetboat est plus connu en France sous la forme des jetskis. Inventé en 1954 par un Kiwi, il palliait au manque de tirant d’eau des petites rivières néo-zélandaises. L’hélice est dans le bateau et c’est l’eau qui y rentre avant d’être recraché, contrairement au hors-bord où l’hélice est plongée au bout d’un bras vertical et fragil dans l’eau (bon si je ne suis pas claire, ceci devrait vous aider). L’essentiel est de comprendre que cela permet d’avoir un bateau rapide avec un fond plat (et renforcé pour racler sur les cailloux).Jetboat sur la Dart RiverNous effectuons tout d’abord un petit tour de jetboat pour remonter la Dart River au milieu de paysages magnifiques. Malgré le soleil qui tape fort, les barres chauffantes sont bien utiles pour réchauffer nos doigts, je ne regrette plus la double couches de polaire ! Le pilote nous fait raser les murs, faire des 180°, des 360°, des je-fonce-dans-le-pont-puis-je-l’évite-in-extremis. Une véritable petite croisière digestive qui nous conduit in fine à notre futur moyen de transport :

Sur la Dart River, les canoës sont préparésLes kayaks (qui sont en réalité plutôt des canoës) sont rapidement répartis entre chacun et un des guides nous explique rapidement comment se positionner dessus et comment utiliser notre rame : à l’arrière le maître commande son esclave devant, il fait office de gouvernail et c’est lui dont les coups de pagaie donnera le plus de puissance. J’ai eu l’air dubitative (j’ai la force d’une moule dans les bras) mais je dois reconnaître que le Chti a très bien géré et qu’il a pris très à cœur son rôle :Paddle slave !!Nous glissons sur l’eau glacée et translucide entre les sommets enneigés des montagnes.

Funyaks sur la Dart RiverNous gérons notre canoë à la perfection au moment de l’heure de la pause pour la collation de midi… Nous nous engageons dans un petit affluent. Un espace pique-nique est installé en plein milieu de nulle part, pas loin de toilettes sèches que j’ai pu étrenné avec joie…Première fois que le Chti utilisait ce mot !Au secours !Puis il est temps de repartir et de terminer la promenade…

Funyaks sur la Dart RiverIl faut dégonfler et replier nos canoës au milieu du très joli coin de Paradise…

Méthode de dégonflage de canoë brevetée !

C’est ce premier jour aussi où j’ai découvert combien le soleil pouvait être puissant ici !

9 commentaires sur “Descente en canoë sur la Dart River”

  1. Yeurk les toilettes !
    Ca a dû être sympa comme balade à part ça ! Mais j’avoue, comme toi, j’ai une force de mollusque dans les bras xD

    1. J’avais peur qu’on se coince partout et arrive pas à suivre mais on a eu aucun soucis ! Bon pour être honnête le Chti a quasi géré tout seul (et maîtrisé sa force pour éviter que notre canoë ne tourne en rond pendant que moi je faisais 36 coups de pagaie :lol:). Mise à part les toilettes un peu roots (et le fait qu’il fallait enlever 6 couches de vêtements dans 1m² pour pisser), ça a été une activité géniale…

  2. Nice la ballade punaise !!! O_o (un peu moins les chiottes, et j’imagine même pas la galère avec toutes les couches à enlever mdr)

    1. Vui j’ai galéré, et encore j’ai enlevé les deux polaires et le k-way hors des toilettes, mais ça en laissait encore trop à faire dans les toilettes 😥

  3. Eh bien malgré les paysages à couper le souffle (ouais, c’est vraiment sublime)… Je pense que je n’aurais pas aimé : trop sportif pour moi tout ça !!

    1. Franchement moi non plus, je suis une moule des bras. Mais tu es poussée par le courant et avec le Chti en équipier qui a tout géré seul, ça passe super bien. La preuve moi j’ai fait les photos 😆

  4. C’est plus que canon la vache !!!!
    Tu m’as fais trop rire avec ton illustration où tu « rames » :p

    1. Je donnais 10 coups de pagaie pour 1 coup du Chti (quand je dis que j’ai la force d’une moule !!). Le voyage commençait super fort avec cette activité, c’était le paradis sur terre littéralement… Qu’est-ce que l’on était heureux et zen (ce qui pour l’hyperactive que je suis et l’angoissé qu’il est est vraiment rare !). J’en reste rêveuse encore des mois après (et vive la poche étanche pour faire des photos, nous avons été les seuls à pouvoir en prendre de notre groupe !)

      1. Indispensable les photos ! Et indispensable la poche étanche. Y’ a de belles inventions quand même 🙂

Laisser un commentaire