Celle qui ne savait pas crier

« Les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. »

Le chêne et le roseau, Jean de la Fontaine.

Je peux râler, jurer, pester, soupirer, rouler des yeux exaspérée mais jamais, ô grand jamais, crier, protester, tempêter. En 5 ans de vie commune, le Chti ne m’a vu crier qu’une seule fois (sur des enfants qui mettaient Plume en danger). Autrement jamais une parole au-dessus de l’autre, il pourrait s’époumoner que le débit de mon petit filet de voix ne s’élèvera pas.

À cette impossibilité physique de crier, même si ma poitrine étouffe d’indignation, s’ajoute une maigre capacité à argumenter et à me faire comprendre. À croire que tout va trop vite dans mon esprit et que cela bouchonne à la sortie de mes lèvres en un bafouillage embrouillé et confus. Ceci sans compter mon formidable esprit de l’escalier : dans le feu de l’émotion, je suis toujours incapable de réfléchir posément et de répliquer intelligemment, le cœur emballé à folle allure.

Enfant, j’avais trouvé comme solution, pour résoudre les conflits, l’utilisation des poings et des dents. Après quelques claques bien placées aux matadors de la classe (il faut savoir rester féminine), je gagnais une année de tranquillité.
Aujourd’hui où je fais une tête de moins que tout le monde, suis costaude comme un petit doigt (et accessoirement suis sensée être devenue civilisée), je ne sais pas me défendre. Face à un reproche injustifié, j’essaye juste de me tenir droite face aux déferlements d’accusations, faible moyen de conserver un semblant de dignité. Cachant de mon mieux mes genoux qui tremblent de courroux, la rougeur d’humiliation qui monte à mes joues et les larmes qui s’accumulent à mes yeux, je bafouille bêtement et me ridiculise attendant de trouver un moyen de fuir.

ConnardConnard 2Connard 3Connard 4Je suis encore furieuse que ce type m’ait touché, son discours et son argumentation ne tenaient pas debout et je le savais alors, comme je sais que c’est uniquement (et en toute objectivité) un vieux con (qui avait pris comme comparse un poivrot). Ne pas avoir su le lui prouver, ne pas avoir pu défendre ma position, ne pas lui avoir claquer son bec me rend folle de rage…

26 commentaires sur “Celle qui ne savait pas crier”

  1. Les ondes… Nan mais quel vieux con XD Et je suis sûre que tu as pas crier au téléphone (vu ce que tu as écris plus haut) du temps que c’est discret une petite conversation téléphonique dans un transport en commun c’est pas la mort faut arrêter… oulalah. Mais tu vois, je suis pareille, si je répondais sur le moment il n’y aurais qu’un tas de gros mots qui sortiraient et qui me foutrait dans le pétrin. Une fois rentrée chez moi je pleure et je pense à tout ce que j’aurais pu dire pour que le mec ferme sa gueule… C’est chiant d’être comme ça :/

    1. Nan j’essayais d’être discrète, habituellement je ne réponds pas au téléphone d’ailleurs dans les transports mais là c’est une amie que j’ai toujours du mal à joindre (et vice-versa), donc exceptionnellement j’ai voulu lui parler.
      Sauf que j’ai pas eu de pot de tomber sur un aigri qui avait eu une mauvaise journée. C’est pourri d’être comme nous incapable de se défendre 🙁

  2. Reprend tes habitudes de petite fille, et cogne dans le tas è_é

    1. Nah Lili je peux pas, même si c’est tentant je veux plus être violente et avoir cette étiquette. C’est trop dangereux !
      Comment tu vas depuis le temps ?? 🙂 Ça fait plaisir de te lire 😀

      1. Je vais bien merci et toi ? 🙂
        Je continue à te suivre ^^

  3. Oh ben ma Aki!!!!!!<3 Quel plaie les vieux cons et les poivrots!!!!!!!!!!!

    1. Je dirais même plus, tous les cons sont une plaie !!!!

  4. Alalala les cons dans les trains et les bus à cause du portable. Ça m est arrivé une fois, un connard qui m engueule dans un des pires moment (je venais de laisser Namour dans le nord dans une situation pas top du coup j avais pleuré et tout et tout) et moi qui me laisse en général faire je lui ai envoyé un de ces soufflons il a pas su où se mettre v___v. Surtout qu à côté de moi y avait 2 nanas qui parlaient super fort mais à elle on leur dit rieeen

    1. Ma pauvre :/ Les séparations sur le quai sont des moments horribles (à la hauteur de la joie quand on se retrouve sur le même quai !) et là c’était une goutte de trop. Même si tu dois pas en être fière, ça a dû te faire du bien 🙂

  5. Non mais c’est hallucinant ça! Il y a tant de gens qui téléphonent dans les transports en hurlant et en dérangeant tout le monde, il a fallu que ce c***** tombe sur toi! Te connaissant, je me doute que tu étais mal. Je compatis!

    1. J’ai du mauvais karma, parce que quand je vois certain(e)s hurler dans le téléphone pour des futilités, ou les gamins hurlant dans le fond du bus, il a fallu que ça me tombe dessus…

  6. En même temps, crier, c’est dépenser beaucoup d’énergie souvent négative pour des gros cons… alors…

    1. C’est vrai, mais le voir repartir avec son air fat et satisfait alors que moi j’étais effondrée, ça me rend folle !

      1. Je comprends… Et bien la prochaine fois, hausse les épaules et/ou lève les yeux au ciel, genre « m’en fout » ! Ça énerve ça ! L’impacte sera aussi fort que des hurlements !

        1. Oh c’est pas bête ! Mais j’espérais vraiment pouvoir avoir un dialogue constructif, avant de voir que c’était un con. Mais j’aurais pu conclure comme ça, il faut vraiment que je m’en rappelle pour la prochaine fois ! Sauf si je reperds mes moyens 😕

  7. Pour faire de vieux cons, il faut aussi des jeunes cons…. je dis ça ….

    1. Je veux voir cela de façon optimiste, un jeune con peut s’améliorer et ne pas devenir un vieux con, et on peut devenir un vieux con sans avoir été jeune con. Mais la connerie a pas d’âge autrement. Mon con lui était vieux !

  8. comme je te comprends, suis tout pareil….

    1. J’ai pensé à toi en écrivant 🙂

  9. Je te soutiens pour le malaise face à cet homme qui a passé sa rage sur toi alors qu’il réagissait sans doute à une accumulation de colère, qu’il a fini par déverser sur toi. C’est toujours frustrant de ne pas savoir réagir et clouer le bec de l’agresseur !

    Mais au risque de détonner et de passer aussi pour une vieille c****, moi aussi je trouve dérangeant les conversations téléphoniques dans les transports en commun… Même si dans le feu de l’action, je serais probablement capable d’en passer aussi et d’avoir l’impression de ne pas gêner, je peux aisément imaginer qu’une autre personne ne soit pas du même avis si je suis la 10° personne qui téléphone et que ça finit par le gaver.

    1. Bonjour,

      Le message qui suit est sans animosité aucune, hein !

      Conversation téléphonique :
      Dérangeant ? Le bruit de la conversation

      Deux personnes qui se connaissent et discutent :
      Bruit de conversation x 2 => Dérangeant x 2.

      Donc les personnes qui discutent dans le bus devraient attendre de sortir du bus pour discuter. Elles ne descendent pas au même arrêt ? Donc elles attendent que toutes deux soient en dehors du bus pour pouvoir discuter au téléphone dans la rue….

      Dans le bus, où il n’y a pas d’endroit isolé pour éviter de « gêner » avec sa conversation, tant qu’on ne parle pas fort, ce n’est pas plus gênant qu’autre chose au final.

      En 13 ans de transport en commun, les plus gênants pour moi furent (sans ordre) :
      – Les poussettes prenant toute la place
      – Les personnes (souvent âgées) mettant mal leur caddie dans les couloirs.
      – Les personnes s’esclaffant et piaffant.
      – Ceux qui se parfument …
      – Ceux qui se parfument à la cigarette ou à l’alcool (et oui j’ai le nez très sensible).
      – Les enfants non surveillés, qui mettent leurs pieds sur les fauteuils.
      – Les enfants brailleurs.
      – Les discussions de personnes âgés qui ne s’entendent pas.
      – Les discussions/musqiues de jeunes trop fortes…
      – Les discussions de personnes à propos de leur boulot poussant des cris « Ah ouais ???? ».
      – Les personnes se tenant à plusieurs barres à la fois.
      – Les personnes ne se déplaçant pas pour laisser passer/entrer les gens…
      – Les gens qui laissent leurs sacs dans le dos… ou sur les sièges quand il n’y a plus de place.

      La première chose à faire c’est de demander gentiment à la personne concernée de parler un peu moins fort… Ou si c’est vraiment les ondes (plausible mais dans le cas en question il s’est contredit), on explique poliment.

      Peut être que la personne au téléphone ne peut raccrocher pour le moment :
      – Hôpital ? Malade, décès, …
      – Travail ? Réponse absolument avant 18h après plus là pendant deux semaines.
      – Contact très difficile à avoir, peu disponible.
      – …

      Bref il faut savoir nuancer, et la phrase aurait, pour moi, plutôt dû être :
      « Mais au risque de détonner et de passer aussi pour un vieux c** (oui je suis un monsieur moi et pas une madame :p) , moi aussi je trouve dérangeant les conversations téléphoniques trop bruyante dans les transports en commun… Même si dans le feu de l’action, je serais probablement capable d’en passer aussi et d’avoir l’impression de ne pas gêner, je peux aisément imaginer qu’une autre personne ne soit pas du même avis si je suis la 10° personne qui téléphone et ne se rend pas compte qu’elle parle trop fort et que ça finit par le gaver. »

      De plus, je pense que dans ce cas précis, c’est plutôt une allergie aux « nouvelles » technologies qui a fait réagir cette … « personne » de manière aussi véhémente, profitant du fait que sa victime semblait être une proie facile…

      Sur ce, je retourne travailler !
      Bonne journée à tous,

      L. C.

      1. Mais euuuh dit pas que j’ai l’air d’une proie facile !! J’ai l’air d’une redoutable souris grrraaaaouuuuuu ksss kssss !
        Le pire c’est que moi aussi je suis une vieille conne de ce côté là et déteste les gens qui parlent trop fort dans le bus (ou qui parle doucement mais raconte leur vie sexuelle, c’est un peu gênant), mais je dis jamais rien parce que je me dis que le voyage dure que 20 minutes donc tant pis.
        PS: bousoux mon Chti, je retourne au ménage moi !

    2. Je comprends aussi mais comme dit le Chti au lieu de se moquer ironiquement et de râler à haute voix, il aurait pu me demander gentiment d’écourter ma conversation (et ne pouvant pas l’écourter je serais très probablement descendu et fini les 30 minutes de marche à pied pour pouvoir finir la conversation), quand je lui ai donné la possibilité de le faire il a été un rustre.

      Après je dirais pas que tu es une vielle conne, ou alors j’en suis une aussi car j’avoue que moi aussi il y a plein de comportements que je trouve super chiant dans les transports en commun, comme les gens au téléphone (d’où j’évite toujours de prendre un appel dans les transports, mais Marine est une amie que j’ai vraiment du mal à joindre, donc j’ai fait une exception) ou les enfants qui hurlent (j’espère ne jamais avoir à prendre un bus avec un enfant hurlant, le malaise pour les parents quand tous les autres passagers te fusillent du regard !).
      Mais j’ai expliqué ça au type, que j’étais désolée mais que c’était une amie que j’avais du mal à joindre, et que je ne faisais pas plus de bruits que les autres passagers qui discutaient ensemble dans le bus (et encore moins qu’un bébé affamé au fond qui s’époumonait), et c’est là où il est parti dans son délire des ondes de portable qui le gênait.
      Et c’est là où j’ai été faible, moi je voulais bien entendre son point de vue, et lui il s’en foutait il voulait juste passer ses nerfs sur moi 🙁

      1. Je réponds en une seul fois ici, à vous deux !
        J’habite « à la campagne », et pour moi le transport en commun que j’utilise le plus est le train, où j’ai rarement autant de « nuisances » que ce que vous décrivez, donc je comprends bien que mon point de vue est bien insuffisant ! (en plus, je l’avoue, les dernières fois que j’ai pris le train c’était avec mes enfants donc j’ai certainement moi-même gêné du monde…)
        J’entends bien que parmi tout ce que vous devez « subir » au quotidien un coup de téléphone ne doit pas plus gêner qu’autre chose. Et je me souviens quand je prenais le métro (j’ai grandi en ville, donc je connais quand même le truc, hein !) que c’étaient plus les musiques trop fortes qui me gênaient…

        Ma réaction à moi se base sur le fait que j’ai remarqué que pas mal de gens se mettent à parler plus fort lorsqu’ils sont au téléphone, donc je pense que même sans s’en rendre compte on peut gêner.

        Par contre comme je l’avais un peu dit au départ, ça n’excuse en rien la réaction disproportionnée du type en question, et encore plus après les détails que tu donnes !
        J’ai déjà vécu une situation du même genre, (sauf qu’en plus j’étais réellement en tort) mais je me suis fait agresser verbalement par quelqu’un qui m’a aussi donné des arguments à côté de la plaque, et je regrette encore de n’avoir pas su lui répondre…

        1. Ah, et aussi, j’accepte la modification apportée par le Ch’ti sur ma phrase 😉

        2. J’avoue dans les nuisances, je mettrais moi aussi en premier les musiques sur haut-parleur (parce que le casque c’est pas pour les sourds) !!

          Il y a rien de plus frustrant qu’être agressée à tort et de pas savoir répondre, je réagis super mal à ça et comme toi je m’en veux longtemps !!! Par exemple, en vacances il y a bien longtemps maintenant, j’avais failli avoir un accident avec une voiture qui m’avait refusé la priorité, la femme au volant m’avait insulté, en plus j’étais ado donc c’était maternaliste et méprisant, j’ai encore de la rancœur et pendant longtemps je n’ai plus fait de vélo à cause de ça… (d’ailleurs là je vais éviter le bus pendant un temps je pense).

Laisser un commentaire