Quand Papa raconte Mogwaï (1)

Il y a un an ma grossesse se terminait, à cette heure, 19h41, nous arrivions à la maternité pour une longue épopée nocturne. J’ai demandé au Chti de revenir sur cette période pour avoir son récit, sa version. Voici la première partie qui recouvre les 9 mois de grossesse.

  • 19 mai 2014 : C’est positif, bonjour Futur Papa ! / aka la découverte de la grossesse

La confirmation de ce que l’on soupçonne n’est pas toujours une libération. Après le doute sur la présence du petit être vient le doute de ce qu’il faut faire pour l’accueillir au sein de la famille. De une question en découle des milliers… Lors de l’annonce, j’ai eu ce mélange de joie et de doute, mais au fur et à mesure de la grossesse, il a fallu laisser s’échapper le doute pour laisser une place au bébé à venir et tout ce que cela impliquera. Le test positif, 19 mai 2014

  • La grossesse avec une femme devenue loire / aka la grossesse de ton point de vue, comment j’étais, comment tu vivais qu’un truc se développe dans mon ventre

Je vais résumer très simplement : c’est comme vivre seul, avec plus de bruit et en faisant deux fois plus de choses … Non, même si la future Maman ne pouvait plus forcément faire tout ce qu’elle voulait, elle ne se ménageait pas forcément. Et au contraire trouvait qu’elle n’en faisait pas assez, il fallait faire attention à ce qu’elle n’en fasse pas trop ! Fatiguée

  • 30 juin 2014 : la première échographie (et les suivantes) / aka la première fois que l’on voit Mogwaï

Beaucoup d’attente, dans la salle prévue à cet effet, dans le cabinet pendant les questions, et finalement, on le voit : le petit haricot magique qui va grandir au point de faire enfler sa Maman. C’est un moment d’émotion, car c’est lorsqu’il s’affiche à l’écran qu’on matérialise vraiment qu’un être se prépare à vous rejoindre dans votre vie de tous les jours. Et il ne vous laissera pas de répit, il sortira quand il aura décidé mais en attendant il faut quand même prendre soin de lui au travers de sa Maman. Et même si c’est scientifiquement expliqué, cela reste quand même magique, que deux choses séparées se réunissent pour faire un être à part entière, un être à part dans nos cœurs. Première échographie, 30 juin 2014

  • 29 août 2014 : les premiers coups / aka ton premier contact direct avec Lulu

Les premiers coups, c’est la deuxième claque que l’on se prend après l’échographie. Ca y est, cela bouge, ça travaille là-dedans ! Ce qui est encore mieux c’est quand on pose sa main sur le ventre et que l’on sent quelque chose s’appuyer dessus : ça y est, le bébé commence à chercher un contact (bon ok, je peux toujours rêver), il met un pied dans le monde extérieur (n’essayez pas de visualiser cette image) et réagit avec son environnement.Premier coup 29 août 2014

  • 02 octobre 2014 : et finalement c’est une fille ! / aka le choc

Au début, le gynécologue nous a annoncé que c’était un garçon à 99% sûr ! Ou alors une fille avec les lèvres hypertrophiées… Plusieurs fois cela a été annoncé.

Puis dans les dernières séances avec lui : c’est une Fille ! à 99% sûr puis 100% car il a vu le système reproductif.

C’était là un gros choc pour moi. Pas que je voulais un garçon, je n’avais pas de préférence. Mais cela faisait deux mois qu’on s’imaginait avec un garçon : pour les vêtements éviter le trop fille (dentelle, rose, robe), à chercher un prénom de garçon, à dire « Il ». Et là, en un mot, tout cela est réduit à néant, il faut faire un reset des pensées et recommencer la construction : tous les vêtements sont possibles, chercher un prénom de fille, dire « Elle », …

Du moment où il a annoncé à la semaine suivante, quand je pensais au bébé, à la Fille, j’avais un blanc dans mes pensées puis ça s’est intégré, et c’est devenu naturel.C'est une fille (peut-être), 3 octobre 2014

  • L’accouchement à date indéterminée approche / aka supporter ta femme stressée par ce truc incohérent

Au moment de la grossesse (quand nous ne savions pas encore tout…), le plus ennuyant fut se problème de date d’accouchement… de 10-12 jours plus tard que ce nous avions calculé. Mais rien n’y faisait, sage-femme, gynécologues ne nous écoutaient pas et se fiaient à la première mesure de la première échographie. Personnellement, je m’étais fait une raison en me disant que tout le reste allant bien, elle sortira quand elle voudra et j’espérais avant le 26 Janvier, notre date calculée. Étant né à l’avance (3 semaines) et Maman aussi (1 mois), il y avait des chances que cela se fasse plus tôt, non ?

Bon, par contre j’étais le seul à m’être fait une raison, tous les jours ou presque, future Maman stressait à ce sujet… Une seule solution… de longs soupirs pour évacuer la pression et ne pas stresser d’avantage !Problème de DPA

 

20 commentaires sur “Quand Papa raconte Mogwaï (1)”

  1. 9 mois qui restent gravés à tout jamais dans vos mémoires ! A chaque étape son questionnement pour arriver au dénouement ! Un an déjà ! Normal que tout te revienne .Que d’émotions 🙂 Bisous

    1. Je voulais faire ce récit de la grossesse par Papa depuis longtemps, mais le temps file trop vite ! Là je n’ai plus qu’une hâte, réaliser les dessins de la seconde partie !

    1. La suite est toujours pas terminée en fait ! J’ai commencé des morceaux mais je suis loin d’avoir fini, c’est mon chantier en cours, j’ai hâte de finir ! Mais lui qui en parle peu, j’avais envie de garder une trace de ses impressions.

  2. Le point de vue de Papa… On oublie tellement souvent tout ce qu’ils doivent endurer !
    Plus sérieusement, ca fait plaisir et c’est intéressant d’avoir le point de vue paternel (qui sont rarement loquace sur le sujet ^^).

    Merci et bonne continuation !

    1. Il a fallu lui tirer les vers du nez et j’ai pas mal dû insister effectivement ! Surtout qu’il a beaucoup subi à l’accouchement, physiquement même il a été marqué par le stress des mauvaises nouvelles. Il aime vraiment pas se remémorer de ce moment, et c’est vraiment pour moi qu’il l’a fait.

  3. J’ai beaucoup aimé cet article très émouvant 🙂 . Entre l’erreur sur le sexe et celle sur la date vous vous êtes finalement plaints de votre suivi ou pas du tout ?

    1. Comme je t’ai dit non on a pas donné suite, dans l’émotion du moment, et face à la mauvaise foi du gynéco. De toute façon il est à la retraite maintenant. Par contre j’aurai aimé pouvoir en discuter avec un docteur totalement neutre, pour comprendre et un peu digérer.

  4. Ah la la j’aimerais savoir dessiner comme toi!

    1. Oh bah c’est gentil de dire ça parce que je me vois pas du tout comme une bonne dessinatrice ! Merci ♥

    1. Les souvenirs s’effacent si vite ! J’aime garder des traces 🙂

  5. Je me revois rouspéter la futur maman pour qu’elle n’en fasse pas trop … 😉

    1. C’est horrible de se sentir diminué et impotente. J’ai détesté me sentir inutile ! Même si en vrai, je fabriquais une petite Mogwaï !

      1. Je te comprends parfaitement, je teste le lumbago et la totale délégation forcée à la maman depuis quelques jours 🙁
        On a inversé les rôles et du coup c’est moi qui me fait rouspéter !

  6. J’ai adoré et ça m’a émue! J’adore lire les points de vue des papas je trouve qu’on n’en lit pas assez. Très impatiente de lire la suite ^^

    1. Je voulais qu’il tienne un journal durant la grossesse, mais il a refusé 😛 Alors on a fait un compromis !! Je me dépêche pour la suite !

  7. Très sympa cette participation paternelle, excellente idée !!!

    1. Je pouvais pas faire un livre recueil de mon récit de la grossesse sans quelques mots du Papa 🙂

  8. Ping : Quand Papa raconte Mogwaï (2) | Ragnagna des Bois Jolis

Laisser un commentaire