Quand Papa raconte Mogwaï (2)

Le Chti avait commencé à vous raconter le début in utero de son histoire avec Lucie, voici la seconde partie de son récit avec sa version de notre longue épopée nocturne. Il y revient sur la pire nuit de sa vie.

  • 25 janvier 2015 : la nuit de l’accouchement / aka euh… bah notre première nuit à trois

Nous sommes arrivés à 19h41, direction salle d’attente, en se demandant bien si nous allions repartir ce soir. Nathalie, la sage-femme était très sympathique et essayait de nous rassurer. Je passe les détails mais tout s’est enchaîné, plusieurs changements de salle, pas de contractions de travail, des contractions de travail, boost artificiel des contractions, pas de boost, le bébé va bien, le bébé va mal, voie naturelle, césarienne d’urgence…Le dédale de la maternité

Dernier changement de salle pour la future Maman, nous avons demandé à ce que je vienne et donc je reste en arrière pour me changer en tenue « d’opération » (non mais juste pour assister, hein ?! Je n’allais pas découper ma Femme, surtout avec le bébé encore dedans !).

Donc je me change, et je me retrouve seul dans le couloir, Nathalie ressort et me ramène un tabouret … pour l’attente. Et quelle attente… plusieurs minutes à se tourner les pouces, sans savoir ce qu’il se passe.Césarienne, l'attente du Papa

Finalement, l’anesthésiste vient me chercher. J’arrive au chevet… (Une table d’opération en forme de croix…) et ma moitié ne me reconnait pas sur le coup mais un peu après. Et là, je tiens compagnie, caché derrière le grand rideau nous cachant ce qui se tramait au niveau du ventre. Nous n’entendons que les paroles « Mais elle est où ? », « Elle est plus au fond », ou les bruits « Sllllluuuuuuuurrrppslurrpppsslurpslurpslurpppss »… Et il ne faut surtout pas oublier les commentaires de l’intérieur du ventre de Kiki par l’anesthésiste….Blague d'anesthésiste

Finalement, Nathalie arrive en tenant un petit être au sein d’une couverture et nous annonce le poids du bébé « 2 kg 0 – 8 », j’étais surpris, mais moins que la Maman qui comprend de travers « 2 kg 8, un peu plus que sa Maman, je faisais 2k4 » avant de se faire reprendre « 2 kilo – zéérroo – huit ». Et là, elle comprend que c’est une vraie petite crevette, loin des 3kilos 250 vendus par le gynécologue.Maman n'a rien compris !*NDLS (note de la souris) : je pesais 2,4kg à la naissance, avec un mois d’avance

Pendant le rafistolage du ventre suite à la césarienne, on m’emmène assister au premier nettoyage de Lucie : 37°, elle commençait déjà à râler comme sa mère, avec de tout petits cris. Elle est allongée et mesurée, 45 centimètres et quelques. Elle se tortille déjà un peu pour montrer son désaccord d’être manipulée de la sorte (c’est bien une fille). Je suis ensuite conduit à la suite de la Sage-Femme et Lucie au service néo-natalité. Je ne connaissais que de nom, l’auxiliaire puéricultrice de garde, très sympathique, m’explique les raisons de la présence de Lucie ici : « trop petite », « trop faible pour la température », « suivi plus poussé en raison de son gabarit », « divers tests », « intraveineuse ». Je reste avec Lucie, seul, dans une quasi-obscurité, après qu’elle fut mise dans sa couveuse… son caisson. Je fais quelques photos pour sa Maman, qui n’a pas encore eu la chance de véritablement la voir. Une pédiatre passe dans la pièce, se présente et me demande pourquoi Lucie fait ce poids… Dans ma tête une pensée violente tambour mon crâne, mais je la retiens.RCIU, merci la pédiatre

Elle repart me laissant de nouveau seul avec bébé Lulu. En la regardant, une certaine culpabilité s’empare de mes pensées, nous avons beau nous convaincre que nous n’y sommes pour pas grand-chose, la voir dans sa boîte, isolée, avec ses câbles, nous empêche de penser à autre chose.

Quelques minutes après, je rejoins la Maman qui est allongée sur un lit, seule, tout aussi isolée si l’on ne compte pas l’infirmière qui vient voir l’évolution de son état toutes les quinze minutes et ne dit quasiment pas un mot. Elle ne peut quasiment pas bouger à cause de l’anesthésie. Je lui montre les photos de sa fille qu’elle n’a pas pu voir depuis le passage dans la salle d’accouchement. Je reste à ses côtés, au moins je peux la soutenir elle.Première nuit, culpabilité

À un moment, la pédiatre passe la voir, se présente et lui pose la même question « Comment cela se fait qu’elle fait ce poids ? »… ma pensée revient me tirailler, cherchant un moyen de sortir se jeter sur cette personne.RCIU, merci la pédiatre

Nous ne répondons pas… Elle repart nous laissant de nouveaux seuls jusqu’à ce que Kiki aille suffisamment mieux pour aller à sa chambre, en passant par la couveuse de Lucie bien sûr. Nous y sommes restés quelques minutes à la contempler, sans la toucher, juste en chuchotant avant de partir vers la chambre nous reposer, sans pouvoir emmener Lucie.

La première nuit à l’hôpital ne fut pas pour moi ce que l’on peut appeler une Nuit… J’essayais de dormir sur le fauteuil… mais toutes demi-heures l’infirmière de garde me faisait sortir pour prendre la tension et vérifier la cicatrice. Je devais attendre dehors dans le couloir.

Et ceci, jusqu’au matin…La sympathique infirmière

  • Lucie césarisée / aka les suites de la césarienne sur ta femme

Lucie est donc née par césarienne… Cela me laisserait indifférent si cela n’avait pas entaché le séjour à la maternité de Kiki. Même si celle-ci s’était bien passée, elle était dans l’incapacité de faire le moindre mouvement au niveau du ventre, s’assoir, se relever, s’allonger, rigoler… tout cela faisait mal. De plus, au lieu des trois jours de séjour pour un accouchement voie basse… du fait de la césarienne et que Lucie était en couveuse, elle devait passer au moins 7-8 jours à la maternité. Mais Aki est une tête de mule, surprenant les infirmières, elle s’est très vite rétablie… enfin, suffisamment pour faire des allers-retours à la néo-natalité pour voir sa Fille qui est une motivation suffisante pour braver la douleur.Fou rire et césarienne ne font pas bon ménagePar contre, plus tard, à la maison, cela a mis plus de temps avant que les mouvements du quotidien redeviennent quasiment naturels.

  • Néo-nat, RCIU et mini-crevette / aka la première semaine à l’hosto

La première semaine a été plutôt fatigante : faire des allers retours tous les jours entre la maison, l’hôpital, … , faire des courses de dernière minute car la puce est beaucoup plus petite qu’une crevette, trouver des places de parking où il n’y en a pas sans se garer en dehors d’une place (je n’aime pas ça) qui est payant en plus comme la majorité de Versailles, faire les allers-retours au service néo-natalité aux heures de repas de bébé Lucie et jongler avec les horaires,… et le soir à 22 heures, 23 heures, se faire un mini repas avant d’aller se coucher pour se lever à 6h le lendemain matin et recourir toute la journée.Les soirées de nouveau Papa à distance

  • Le retour et les débuts de la vie à trois / aka le retour 2, les difficultés du début

Le retour à la maison a été plutôt difficile. Même s’il était (très) fortement attendu par la Maman (ce que je comprends), il n’était pas joie et émerveillement.

C’était assez déstabilisant de rentrer avec une nouvelle pièce détachée (huhu). Il a fallu en plus faire les présentations avec Plume.

Mais passé cet instant c’est une période de doute qui s’est installée : sommes-nous capable de nous en occuper pendant ses premières semaines de sa vie ? Il faut le comprendre, je pense que la majorité des nouveaux parents se posent des questions, ont des doutes, mais nous avions une couche supplémentaire : notre bébé avait un poids extrêmement léger et une petite taille (elle tenait facilement allongée sur mon avant-bras), nous n’avions pas le droit à l’erreur. Nous devions la peser extrêmement régulièrement, vérifier avec exactitude la quantité bue, etc.Des débuts de nouveaux parents angoissés

Des personnes, certaines qualifiées, ont beau vous dire qu’un nouveau-né n’est pas si fragile que cela, ce n’est toujours pas assez rassurant.

Il faut rajouter à cela que nous n’avions pas de suivi de prévu, malgré que nous sortions de la néo-natalité. Et si nous faisions tout pour donner le biberon à Lucie nous-même en néo-nat, nous n’avions passé que peu de temps (tout est relatif) avec Lucie en dehors de ces heures de repas car elle était dans sa couveuse, ou son berceau à l’abri.

Et pour compliquer le tout, ma moitié n’était qu’au huitième de ses capacités…Se remettre de l'accouchement et assurer ses nouvelles responsabilités

  • Être Papa / aka ton nouveau rôle, ta nouvelle responsabilité, ta petite fille

Être Papa… définition ? Bonne question … Pour moi, pour le moment, c’est aider le petit bout de nous à se développer, à apprendre, l’aider, le supporter (dans tous les sens du terme) dans les moments difficiles et les moments heureux. C’est accepter ce petit être et lui laisser pendre de la place dans sa Maison, dans sa Famille. C’est une définition qui évoluera avec le temps, avec Lucie…

Pendant un moment, être Papa, c’était la porter tous les soirs ou se faire promener dans l’appartement pendant qu’elle le visitait en marchant.

En ce moment, c’est la suivre pendant qu’elle « court », lui faire comprendre les mots, lui apprendre à se laver les dents, entasser les jouets qu’elle ramène, danser avec elle, lui faire le câlin et bisous pré-dodo.Notre moment à trois, le brossage de dentsPlus tard ce sera peut-être accueillir les prétendant(e)s avec un fusil ?

  • BB2 / aka prêt à rempiler ? Quelles erreurs éviter au prochain ?

Il va falloir m’offrir de longs mois de vacances le temps que j’arrive à dormir correctement pour me préparer à de nouvelles nuits blanches/difficiles/coliques.Alerte fin de batterie

Les erreurs à éviter au prochain ? Ne pas se remettre en doute quand quelque chose nous inquiète et que les médecins nous donnent tort… Car nous aurions très bien pu la perdre…

Lucie et Papa, 2 jours

29 commentaires sur “Quand Papa raconte Mogwaï (2)”

  1. Super le récit vu du papa ^^
    Je n’en revient toujours pas qu’ils aient raté le RCIU … enfin, heureusement tout est bien qui fini bien.

    1. J’avais lu que cela arrivait dans une majorité de cas, 4 RCIU sur 5 ne sont pas vus avant la naissance. Et même pire, dans les cas de RCIU détecté avant la naissance, 1 sur 2 s’avère en réalité non concerné ! Le RCIU est la cause de pas mal de décès et de préma, mais c’est encore vraiment pas très connu.
      Les articles que je lisais dessus à la naissance de Lucie était parfois ultra flippant, parlant des conséquences graves du RCIU avec handicap moteur ou mental, décès, etc. On a vraiment passé un très mauvais début de vie de parents avant de pouvoir constater qu’elle allait bien et se débrouillait comme un chef !

      1. Me dit pas ça, ça fait partie des suspicion (finalement écarté, mais est-ce à juste titre d’après ce que tu dit?) pour expliquer mon faible taux sur un des marqueurs du tri-teste …

        1. Il n’y a pas moyen de savoir la vérité avant la fin de la grossesse, je sais que c’est impossible de se sortir de l’anxiété qu’on a durant la grossesse si les taux sont pas comme il faut, je peux rien dire pour te rassurer.
          Étends-toi et dort si tu peux sur le côté gauche, c’est mieux pour les échanges sanguins avec bébé (j’ai fait ça durant ma grossesse parce que c’était la seule position où je n’avais pas mal, j’ai appris après que c’était un conseil donné aux mamans où on soupçonne un RCIU).
          Tu en es à la moitié, encore un peu à tirer et ce sera fini le stress des examens pour la fatigue des coliques et les repas de nuit ! Bon courage et bonne chance 🙂

  2. Bouleversant ce récit du nouveau papa ! Et toujours se rappeler que l’instinct maternel / paternel est plus fort que ce que pensent les professionnels !

    1. Farpaitement !

      1. Que ce soit notre instinct de parent ou les faits scientifiques le docteur il s’en fichait bien de notre avis 🙁

    2. Dans notre cas ce n’était même pas une question d’instinct, en prenant juste les faits factuels et scientifiques, ça ne correspondait pas… Mais le docteur ne voulait pas démordre de l’idée qu’il avait le savoir et que la machine jugeait mieux que nous les faits. On a eu une chance incroyable et je suis heureuse de pouvoir la regarder grandir cette petite chance ♥

  3. Oglala, cette histoire est toujours aussi incroyable

    1. Je suis sûre que tu dois en vois des aussi incroyables d’histoire toi 🙂

    1. Merciiii !! J’ai cru que j’en verrai jamais le bout !!! Et depuis je suis repartie dans des délires, je suis folle !

  4. récit très mignon 🙂

  5. Oh c´est très émouvant.. Quelques points communs notamment les huit jours à la maternité. Et moi aussi le pédiatre est entré dans ma chambre en demandant « mais pourquoi il est né si tot ? » et j´ai sincèrement cru que j´allais le tuer.

    1. Je comprends que pour eux c’est une sorte d’entrée en matière tonitruante, mais pour nous qui sommes à fleur de peau à ce moment là et qui justement attendons une réponse, nous ne sommes pas du tout réceptif… D’ailleurs t’as eu une réponse ? Parce qu’ici pas pour l’instant !
      Les gens qui se plaignaient en France que les hôpitaux virent les mères après 8 jours, que c’est un scandale, un exemple de service public qui fout le camp, maintenant je leur dirai que 3 jours c’est déjà bien trop long !!!!

  6. Très touchant <3

    Lucie a de la chance : elle a deux supers parents !

    1. On a eu tellement de chance aussi qu’elle tienne le coup toute seule, faut assurer derrière ! 🙂

  7. Oh…. vous avez réussi à m’arracher une petite larme. Voire 2.
    Bon OK j’ai chialé comme une madeleine…
    Bravo papa pour ce super récit…

    1. C’est que tu as su lire entre les lignes, on a pas mal pleuré au début ici aussi 🙂

  8. C’est touchant cet article du Chti

    1. On oublie les détails avec le temps mais l’émotion reste comme une empreinte dans la mémoire.

    1. C’est toute la pudeur du Papa qui fait ça 🙂

  9. Quel article émouvant ! (Oui bon ça va, j’ai versé qq larmes… ça arrive !)
    Mais quel article drôle aussi ! J’ai ri ! (Et PapaCoq vous donnera des conseils pour le fusil, les pretendants…)
    Bravo à vous les 2 supers parents et à elle, la battante !
    Et les dessins sont géniaux, comme d’hab !

    1. J’espère qu’on a quelques années avant de devoir armer le fusil 😆 Mais je préviens Julien !
      Merci pour les dessins ♥ Ça m’a pris tellement de temps !!

  10. Sacrée journée pour le Ch’ti !!! En comparaison, lorsque je revis ma journée d’il y a 6mois en lisant ça, elle était déjà hyper intense… Je n’ose imaginer les sommets d’émotions que vous avez du côtoyer ! Mais le résultat est là : Lucie 😉

    ps : vous pensez déjà à BB2 ? vous êtes courageux 😛

    1. Et encore on n’a pas à se plaindre : tout s’est bien terminé !! Mais on a eu un gros contrecoup derrière, un gros choc émotionnel. Je dirai pas avoir subi un baby blues, mais ça a été difficile de se remettre…
      On pense à BB2 oui car en fait ça va super vite si on veut pas qu’ils aient un gros écarts entre eux. Mais on ira de moins bon cœur que nous nous étions lancés pour Lucie, cette fois on est averti 😆

      1. J’avoue qu’on parle aussi de b², mais le #1 occupe déjà pas mal et avec la recherche d’emploi (et les rêves de provinces) c’est pas gagné –« 

Laisser un commentaire