Un fantôme m’a tuée (version Ragnagna)

J’étais dans une colonie vieillotte et austère tenue par des sœurs depuis plus de 42 ans. Une nouvelle professeur venait d’arriver et jugeait l’organisation archaïque et dépassée, elle s’était alors arrangée pour évincer les sœurs et les renvoyer dans un couvant, loin des enfants et se mit en tête de moderniser les installations et les activités.

Mais, au fur et à mesure du temps, des phénomènes bizarres se produisaient, et de plus en plus régulièrement. Ainsi une fille après avoir été poursuivie par un être invisible jusque dans sa chambre ne dut sa survie qu’à son intelligence: acculée sous la fenêtre et toutes les issues bloquées par l’être, elle modula le son strident de sa peluche en forme de nuage et le sifflement de la bouche d’aération de sa chambre en tirant alternativement sur les cordelettes. L’agresseur, surprit, relâcha sa pression et elle put s’enfuir par la porte et rejoindre les autres enfants sans être rattrapée.

Mais de la même façon, les enfants se retrouvent acculés au dernier étage de la vieille bâtisse, dans une chambre avec un grand escalier. Les fantômes montaient les marches en riant et grognant pour nous effrayer. Pour essayer de se défendre, du Coca-Cola est répandu sur le sol pour que les fantômes s’y collent, nous nous roulons même dedans en espérant ainsi glisser dans les mains des fantômes. Malheureusement, cela ne retient pas les fantômes, coincés contre le mur, nous ouvrons la fenêtre et nous nous enfuyons par le toit à la lumière du jour. L’enfant qui nous mène rigole comme une hystérique et me retient en arrière, m’empêchant de courir plus vite.

Effrayés par ce que nous avons vécu dans la bâtisse, nous restons dehors, dans un cloître, sous la protection de l’homme à-tout-faire. Son physique est malingre, plié sous le poids d’un secret et du malheur. Cependant les fantômes continuent de nous poursuivre et essayent de nous mener sous un porche spécifique qui nous transformerait comme eux. L’homme à-tout-faire courageusement les y attire un par un, s’utilisant comme appât afin de les mener sous ce porche. Les fantômes sont alors transformés à leur tour, le premier en chapelier fou qui s’enfuit en pédalant comme un fou sur une bicyclette et le second en lapin pressé d’Alice au Pays des Merveilles.

Face à cette situation critique, les sœurs sont rappelées et ramènent l’ordre dans la colonie de vacances. Pour que cela soit durable, elles donnent aux fantômes ce qu’ils souhaitaient : longtemps auparavant, l’homme à-tout-faire avait sauvé des fantômes une fille qui était depuis devenue une des professeurs. Cette jeune prof blonde et bouclée à l’air doux, aurait dû être morte et en conséquence les fantômes cherchaient leur soeur.

La situation apaisée, c’était la fin de la colo. Julien visitait ma chambre sous le toit tandis que je finissais mes valises. En remarquant sur une table des traces de doigts blanches enfoncées dans le bois, je lui avoue ne pas savoir l’origine de cette trace. Il me sourit et me répond que cette trace datait de la nuit où en dormant j’avais parlé avec un fantôme dans mon sommeil. Vu ma somniloquie, cela ne m’étonne pas que je parle en dormant avec un fantôme, en revanche l’idée me donne des sueurs froides.
Inquiète j’observe ma chambre, et je vois que les vieux tableaux poussiéreux étaient plus nombreux qu’au début, que les têtes dans les cadres changeaient tout en me grimaçant et en me regardant. Effrayée, je recule tandis que Julien reste dans l’entrée sans voir de changement.

Soudainement, une main invisible me bâillonne tandis qu’un autre bras m’entoure et me traîne au fond de la chambre, en haut de l’escalier. Les yeux écarquillés, j’essaye de crier, d’appeler à l’aide Julien qui me tourne le dos, indifférent à la situation.Le fantôme me susurre et singe à mon oreille « Ouuuh toi tu es une invité d’honneur, toi, tu as une chambre avec antichambre ! Moi je suis pas importante, j’ai juste une petite chambre entre deux chambres, ouuuuh moi je suis pas importante ! ». Et là le fantôme me relâche dans l’escalier, la tête la première…


Donc primo, j’ai des rêves bizarres. Secundo, ils ont aucune logique. Tertio, quand je dors, la concordance des temps passent aux oubliettes je crois.

28 commentaires sur “Un fantôme m’a tuée (version Ragnagna)”

  1. Ouah… Quel rêve étrange ! Tu as mangé quoi hier soir ???? (^^)y

    1. Du sirop de cassis. C’est grave ?

  2. Arf, y’a rien de pire !! 😉

    N’empêche, tu as réussi à te souvenir de tout ton rêve? Parce que c’est super détaillé !!!
    Les rêves sont un système d’archivage pour le cerveau. Du coup, ta journée d’hier a dû être dingue !!! (^^)y

    1. C’était la nuit de dimanche à lundi, dimanche à part jouer et être allée chez mes parents. J’ai pas fait grand chose 😕
      Je me suis levée, j’ai écris direct le rêve comme ça venait avant que tout disparaisse. Je voyais encore le fantôme en chapelier fou partir en vélo 🙄 Et la tête de la prof qui aurait dû être morte.

      1. Sympa ! Et sinon, ça va ? 😉

        1. Au boulot quoi… 🙄 Et je vais avoir le pet sur GA !

          1. Cool ! Tu l’appelleras Spunky ???

  3. Euuuuh tu sais que ça se boit le sirop de cassis, hein, ça ne se fume pas???? Tu as dû être bien flippée/désorientée au réveil!!!

    1. Franchement c’est la première fois depuis mon enfance que je me réveille en sursaut. Je lui ai vraiment sauté au coup et dans ma tête je hurlais son prénom. Apparemment en vrai, j’ai pas crié, mais pour moi je hurlais. J’ai préparé la version du Chti, je vais la poster dans la journée, cela devrait être plus clair et moins embrouillé que moi dormant ! Mais il m’a bien secouée ce rêve, mourir pour une antichambre, je te jure la honte !

  4. T’avais mangé un truc bizarre avant de te coucher ?

    1. A part le gâteau au chocolat fait maison que j’ai raté, rien d’anormal ni d’avarié !!

  5. Mdr oula oui, drôle de rêve!
    C’est marrant de voir comme l’esprit élabore des trucs abracadabrants XD

    1. Et comment tu y crois dur comme fer !! Même si c’est totalement invraisemblable !!!

  6. Hé ! mais t’as pas de pyjama !

    1. Pas besoin de pyjama, j’ai des poils moi ! 😆

  7. Là, là, c’est fini…

    Chapeau bas miss, c’est d’la bombe atomique ce rêve !!
    (et j’adore l’effet décoiffé au réveil :3)

    1. « La la la » c’est exactement ce qu’il a fait xD En me caressant le dos, c’était très mimi. Mais quelle patate, heureusement qu’il me connait bien !

  8. Des rêves bizarres avec aucune logique, je connais ça très bien 🙂 Ravie de voir qu’on est plusieurs ! En tout cas, c’est très bien raconté 🙂

    1. Ih merci, c’est écrit au pied du lit, ça part vraiment dans tous les sens mais je trouvais l’histoire tellement fun ! Cela me faisait penser aux Chair de Poule 😛

  9. Pingback : Un fantôme l’a tuée (version le Chti) | Ragnagna des Bois Jolis

    1. C’est extrêmement logique, il y a quelques incohérences mais globalement ça se tient ! Je tripe encore sur le chapelier fou en bicyclette 😆

  10. Purée j’ai fait presque le même rêve cette semaine… J’étais dans un manoir en vacances quand soudain des fantômes apparaissaient dans des miroirs avec des têtes à la Sadako. Et les miroirs se trouvaient être dans un escalier…mais je ne me rappel plus si quelqu’un tombait la tête la première…

    1. Comme on dit toujours, les grands esprits se rencontrent 😛 Salut Grand Esprit !

      1. Et un esprit est un fantôme comme quoi on reste dans la thématique

    1. C’est totalement décousue et débridée, j’espère pouvoir faire mieux en écrivant une fois réveillée 😕

  11. Pingback : Papy est mort | Ragnagna des Bois Jolis

Laisser un commentaire