Un milliard trois cent cinquante millions de Chinois, et moi, et moi, et moi (2)

En Chine (contrairement à ce que mon carnet de voyage pourrait faire croire jusqu’à présent) il n’y a pas que des bâtiments ou des musées à visiter. On y rencontre aussi des Chinois. Pas mal de Chinois. Je dirais même plus, beaucoup beaucoup de Chinois ! Mais quand on apprend qu’un habitant sur sept de notre planète est chinois, ça n’étonne plus…
Si pendant 10 jours nous avons vécu au milieu d’eux, nos échanges ont été très limités: la barrière de la langue se faisait toujours sentir. Seuls quelques jeunes et quelques commerçants parlaient anglais, et nous ne maîtrisons du chinois que les formules de politesse (et encore le merci est impossible à prononcer correctement !). En 10 jours, nous avons cependant eu le temps d’observer… et d’être observés !

Régime pékinois
et autres considérations culinaires

Bon appétit bien sûr
Bon appétit bien sûr

Le Chti et moi sommes assez difficiles en nourriture. Enfin bon, j’avoue, surtout moi. Je suis carrément pénible à inviter. Nous savions donc en débarquant en Chine, que cela allait être difficile pour nous nourrir. Même si nous nous savions difficiles, il faut reconnaître que nous ne sommes pas les seuls coupables !

En nous promenant dans les rues, nous apercevions les cuisines derrière les restos. Partant de bon matin, nous avons également vu les livraisons de viande. Nous avons vite compris que nous n’avions pas la même vision de l’état sanitaire minimum qu’une cuisine devait avoir. Le minimum (selon nous) de la chaîne du froid était un luxe dans beaucoup des petites échoppes que nous avons vu.

Régime pékinois
Régime pékinois

Comme nous ne désirions pas particulièrement une petite tourista sur notre court temps de voyage, nous avons pris le parti-pris de jeûner un peu à défaut de savoir où pouvoir aller en confiance. La lourdeur du temps nous y a bien encouragé.
Cela a été au final un super régime: mangeant peu et buvant des hectolitres d’eau, tout en marchant 10h par jour, j’ai bien éliminé !

Buffet à volonté au Novotel
Buffet à volonté au Novotel

Sur ces 5 jours, nous avons mangé deux matins. Des petit-déjeuners occidentaux au Novotel Peace, un hôtel 5 étoiles du quartier chic de Wangfujing. La gérante française du restaurant a bien dû s’amuser à nous voir débarquer deux matins tels des loups affamés, en mode chats mouillés, contrastant totalement avec l’ambiance feutré et proprette des hommes d’affaire sortant de leur douche. J’ai savouré ces petits moments de pause dans notre voyage (et surtout mes jus de pomme du matin !!).

Cependant me diriez-vous, à quoi bon aller en Chine si c’est pour ne pas goûter à leur nourriture ? C’est là encore une attitude typique de touriste française prétentieuse, qui se gargarise de sa cuisine française mais refuse d’essayer autre chose.

Vous avez bien raison ! Sauf qu’en France aussi j’aime rien ! Et que nous attendions d’arriver à Shanghai pour nous lancer dans la nourriture chinoise. Là-bas, guidés par Vincent et Chou, nous avons pu tester et faire découvrir de nouvelles saveurs à nos papilles.
Chou a même réussi l’exploit de nous faire manger, au Chti et à moi, du poisson. Si si, c’est un exploit, nos parents peuvent en témoigner. Le pire c’est que l’on a vraiment aimé, et que l’on s’est même resservi !

Je retiens trois choses de la cuisine asiatique (à ajouter à ma liste qui pour l’instant contenait juste « J’aime pas le japonais »):

  • En France, les plats se succèdent sur la table dans un ordre précis (dans la version simplifiée du 21ème siècle: hors-d’oeuvre/entrée, plat principal, fromage/dessert). En Chine, on vous dispose sur la table plein de mets, et tu picores dans chaque plat jusqu’à satiété.
  • Les baguettes sont vraiment un truc à prendre. J’essayerai bien de m’entraîner (j’aurais dû en acheter là-bas !), mais pour l’instant j’en mets plus dans le décolleté que dans ma bouche (et encore, quand j’arrive à faire tenir quelque chose entre les baguettes…). Je me suis rabattue honteusement sur des couverts.
  • Le thaï, « Ché bon mai cha pique hun max !!! ». Mon palais a apprécié les saveurs mais a un peu souffert!
Ché bon mais cha pique
Ché bon mais cha pique

THE découverte reste le jus de pomme pressé à la centrifugeuse (le Chti dit que je suis monomanique, vous croyez ?). D’un premier abord peu appétissant avec sa couleur brune foncé et ses centimètres de mousse le chapeautant, je l’ai regardé avec méfiance et étonnement. J’étais un peu dubitative. Une fois la première gorgée aspirée j’ai vite ravalé mes craintes en aspirant le verre goulûment. C’était juste la fête des papilles, délicieusement frais et fruité, ce jus de pomme est un pur régal, une merveille !
Et depuis chaque semaine, nous louchons sur un modèle particulier dans notre supermarché en attendant le jour où on craquera pour refaire le même à la maison…

Dans la suite (à venir) d’Un milliard trois cent cinquante millions de Chinois, et moi, et moi, et moi:

  • Les petites mains
  • Le régime Pékinois
  • Petit empereur et jogging
  • Dans la rue
  • Dans le métro
  • Zoo humain

12 commentaires sur “Un milliard trois cent cinquante millions de Chinois, et moi, et moi, et moi (2)”

  1. J’ai adoré manger chinois en Chine ! Diversifié et très très bon ! J’ai mangé dans la rue… c’est très bon ! Et j’ai pas été malade…. (chance ou estomac en béton ? 🙂 )

    1. Je pense que pour la majorité des gens cela se passe comme ça. Mais comme je dis au début, on est super chiant point de vue nourriture. Moi j’aime vraiment pas grand chose, et le Chti a un estomac assez sensible. On est vraiment pas de fins gastronomes ni des invités sympas 🙄

  2. Savoureux souvenirs culinaires que les tiens ! J’avoue avoir eu des « à priori  » sur la nourriture asiatique au Viet Nam..surtout quand nous avons demandé au maître d’hôtel quelle était l’huile qui servait pour les fritures..il a répondu « l’huile d’arbre » ! Mon fils a rajouté  » d’arbre…à came bien sûr » ! C’est vrai qu’elle faisait un peu huile de vidange lol Mais c’est bien d’avoir osé goûter…parfois on a de bonnes surprises ! Bises

    1. La nourriture, c’est vraiment ma grande haine. J’ai très longtemps refusé d’aller chez mes amis pour éviter le moment gênant où à table je refuse de manger car je n’aime rien. J’ai été traumatisé par l’école où on te force à finir le plat au lieu de te laisser goûter. Je refusais donc toute nourriture inconnue.
      Ça s’est amélioré depuis que je suis avec le Chti, maintenant j’essaye. Mais je reste super difficile à nourrir (ma belle-famille peut témoigner !).

      1. eh oui ! mais bienvenue chez les Chtis !

        1. Promis je m’améliore ! Il y a plein de trucs que je mange depuis que je suis avec Ju ! (et le premier qui dit que ça pouvait pas être pire je le zut !)

  3. Même mon pote Chinois trouve qu’on mange mal en Chine…
    Mais tu me fais rêver avec ton jus de pomme !

    1. Ça n’a rien à voir avec le jus industriel, ni avec le jus de pomme bio (que perso j’aime pas du tout !). Juste trop bon !!
      Et le truc qui tente encore plus le Chti c’est que tu peux faire des cocktails de fruits après avec la centrifugeuse.

  4. Ah ben on peut s’entrainer à deux avec le baguettes si tu veux, suis une vraie quiche moi aussi ! 🙂

    1. Nous manque que des baguettes alors ! 😀

  5. Hé hé c’est ce que je préfère en allant à l’étranger moi : goûter pleiiiiins de trucs !

    1. Je te félicite pour ton ouverture culinaire !! Dans ce cas là je suis vraiment à l’opposée, tout ce qui est nouveau en bouffe est suspect 😈

Laisser un commentaire