Tu peux tout faire ma fille !

Il y a 4 ans j’étais enceinte d’un petit Mogwaï et j’espérais avoir un petit garçon (idéalement : son père en miniature ! Le comble du mignon à mes yeux enamourés). C’est avec plaisir que j’ai d’ailleurs appris la première estimation du sexe (et la seule pendant longtemps) qui allait en ce sens du petit garçon désiré.

Pourquoi voulais-je particulièrement un garçon ? Je me disais peut-être que ce serait le plus simple pour moi, en tant qu’ex-garçon manqué/fille ratée… Ma plus grande trouille était d’avoir une petite fille ultra-branchée princesses, paillettes et rose… Le cliché de la petite fille auquel j’étais totalement allergique !!!

Sans oublier que si être une fille en France est déjà mieux qu’être une fille dans ces pays où elles sont tuées avant même la naissance ou traitées comme des marchandises après, la situation en France n’est pas non plus tout à fait la même entre homme et femme. Outre le salaire, je pense qu’on a toutes eu notre lot de gros lourds, de frotteurs indésirés et de pervers menaçant (au mieux). Si être un garçon n’immunise pas totalement contre cela, toujours est-il qu’il sera moins exposé globalement. Et mieux payé.

Et puis à quelques mois de la naissance, le petit garçon est devenu une petite fille. Le temps de la surprise passée, on s’est vite fait à l’idée et elle est devenue notre précieuse petite crevette. Petite crevette qui depuis a bien grandi et si effectivement elle adore les robes et les jupes qui tournent, elle ne crache pas pour autant sur un bon t-shirt avec un jean bien costaud pour aller courir dehors, taper dans la balle, escalader ou foncer en trott’.

Depuis que Lucie est petite, j’ai voulu ne pas la limiter dans les stéréotypes de son genre et j’ai sauté à la gorge de toutes les personnes la renvoyant forcément uniquement aux « trucs de filles ». Pour moi il est important qu’elle sache que tout lui est possible, au même titre qu’un garçon ou n’importe qui d’autres.

De toutes façons, je ne suis pas un parangon de ce qui est prôné par notre société comme LA féminité : jamais maquillée, privilégiant le confort à la tendance, piètre cuisinière, encore pire ménagère, … Le summum de l’horreur : au concours d’aisselles poilues à la maison, je gagne haut la main devant son père !

Au final, j’ai trouvé mon point d’équilibre avec Lucie. C’est pourquoi quand la sage-femme nous a annoncé cette seconde petite fille, j’étais plutôt confiante de savoir gérer. Je n’ai plus peur d’avoir une princesse ou une poupée car quoiqu’elles aiment, quoique soient leurs passions, je serai là pour leur dire qu’elles ont le droit de tout faire… Chez nous ce sera girl power dans quelques mois !

Eh oui ! On a des enfants farceurs, comme sa sœur avant lui, Chti-Rex a joué un peu avec nous avant de se révéler ! Pile quand on avait trouvé le prénom pour une fille, voilà qu’il faut reprendre !

Sauf que d’un coup je me retrouve avec un petit homme à élever ! Et si pour une femme, je me sens finalement compétente avec ma propre expérience, qu’en sera t’il pour un petit garçon ? Saurai-je trouver la juste mesure pour passer outre les stéréotypes virilistes auxquels il sera confronté ? Saurai-je le laisser se développer sans plaquer sur lui un modèle testoronné ?

Il n’est pas encore né que je vois arriver l’autre côté de la balance : taper ma fille n’est pas correcte car c’est une princesse fragile, mais cela sous-entend que taper mon fils serait correct ? Et en y réfléchissant, si pour Lucie je peux dire facilement « tu peux tout faire ma fille », pour son frère je sais que cela sera faux… Ne serait-ce que vestimentairement parlant : si je pique jusque là allègrement sans distinction des deux côtés des rayons pour enfants, si Lucie peut tenter toutes les couleurs et s’amuser avec ses robes et ses jupes qui tournent, au XXIe siècle en France c’est plus difficile pour un garçon de faire de même…

Mais je sais que, comme pour Lucie, je trouverai in fine un équilibre pour laisser mon petit garçon se développer comme il veut, et non pas en caricature. Et puis pour élever ce futur petit homme, je ne suis pas toute seule : il y aura son Papa. Et moi ce Papa je le trouve pas si mauvais modèle d’homme vu que je l’ai épousé ! Sans oublier sa sœur qui sera là pour lui montrer que les filles sont tout autant capables !

En attendant, à la maternité, il sera temps de venger sa sœur…

24 commentaires sur “Tu peux tout faire ma fille !”

  1. Félicitations!!! Le fameux choix du roi! Moi aussi je pense en tant que nulli être plus à l’aise avec un petit gars, j’ai la flippe de pas être assez féminine pour élever une fille… m’enfin on verra!

    1. Ben moi aussi je pensais tomber dans le choix du roi mais Kiara m’a appris qu’en fait avec une fille en aîné j’ai le choix de la reine !!
      Le premier enfant de toutes façons on est pété de trouille pour pas mal de chose, mais globalement les choses se font naturellement heureusement. J’avais eu cette trouille avec Lucie de pas être assez féminine, et au final elle se pose pas de question elle sur comment je suis !

  2. J’ai exactement les memes inquiétudes 😉

    1. Enceinte on se prend vraiment la tête pour des choses qui deviennent vite naturelles !

  3. N’aie aucun doute , tout se passera très bien ! Je voulais une fille et Junior est arrivé . Je ne me suis pas posé de questions sur ce que pensait l’entourage et ce fut une belle complicité qui a vu le jour. Et puis tu auras Lucie pour t’aider 😀 Bisous

    1. En plus toi tu avais pour Junior le « modèle » paternel totalement indésirable initialement… Et après ce que tu as subi parce que ta mère voulait un garçon, tu aurais presque pu lui en vouloir d’être un homme à ton fils !!

  4. Bien d’accord avec toi, les filles n‘ont pas besoin d‘etre des princesses pour devenir de vraies femmes! Je n’ai pas l’impression d’avoir été garçon manqué, je ne suis pas pour autant une femme qui aime se maquiller et porter des talons hauts inconfortables… en tous cas, je me suis attachée à laisser le choix à ma fille pour les couleurs, les jeux, la longueur des cheveux… Ma fille aime le bleu, les pantalons, les ballons mais aussi parfois les paillettes

    1. Au fond même le débat est sur qu’est-ce qu’être une « vraie femme » (et un « vrai homme ») ? J’ai pas la réponse à cette question mais c’est sur que je coche peu des cases classiques et pourtant je reste une femme… Je suppose que chacun construit sa définition comme il sent, tout ce qui compte c’est que tout un chacun respecte les choix des autres in fine.

  5. Qurls farceurs ces enfants ! Le choix de la reine. Comme chez nous. Une fille puis un garçon. C’est un vrai bonheur. En tout cas c’est la famille qui nous correspond et je suis heureuse d’avoir une Bichette puis un Petit Poisson.

    1. Ben tu sais quoi ?! Je connaissais pas du tout cette subtilité du choix de la reine !! J’avais toujours entendu parler que du choix du roi !! Tu m’as appris quelque chose !!!
      Je pense que ça nous conviendra bien aussi, ça nous fera un peu bizarre au début lors des changes puis ça passera vite !!!

  6. A l’époque, nous n’arrivions à nous projeter qu’avec une fille. On avait l’impression que ça serait plus simple, plus fluide, que ça nous correspondait mieux. Au final, on a su direct que ça serait un petit gars. L’homme s’y est fait rapidement, moi, je me suis demandée si j’y arriverais, si l’on serait complices, si on se comprendrait; si on serait proches.Au final, je crois que ce que l’on comprend en ayant notre premier enfant, c’est que l’on s’adapte à tout et qu’on les aime et qu’au jour le jour, on fait du mieux qu’on peut avec la vie, nos valeurs et nos convictions 🙂 Je vous souhaite plein de bonheur dans cette nouvelle aventure (et vraiment soulagée que Nifhel soit de retour)

    1. Je partage tellement ce que tu dis ! On apprend avec eux et s’adapte à leurs envies et leurs façon d’être. Je suis sûre qu’on arrivera à se débrouiller et que ça viendra aussi naturellement que c’est venu pour Lucie ! Je vais découvrir l’autre côté du miroir avec lui 🙂
      Pour Nif on est tellement soulagé !!! Par contre on vient de voir qu’il a perdu les poils de son bout de queue, donc c’est pas encore fini toute cette histoire… Wait and see mais que de soucis les enfants !

  7. Félicitations !
    J’adore tout de votre blog, votre plume comme vos idées et vos illustrations sont géniales !

    Vous nous direz si baby boy a vengé sa sœur alors hein ? ^^
    Encore une fois félicitations 🙂

    1. Oh bah c’est hyper gentil merci beaucoup !! ♥
      J’en rigole mais si en vrai Chti-Rex venge sa sœur je me sentirai super mal à mon tour !! 😆 La pauvre maman était toute désolée et m’a proposé un des pyjamas de son fils pour rhabiller ma fille sauf que la mienne était en préma donc pas du tout dans une taille équivalente !!
      En plus c’était mon pyjama préféré (avec un nounours dessus) et après elle est passée dans le pyjama moche (rose à pois avec un noeunoeud hideuuux) alors que de la famille allait venir la voir ! Les rares photos de nous trois à la maternité sont donc avec ce pyjama moche !! La frustration de ma vie 😆

  8. Rho… Ça me rappelle que moi aussi je voulais un petit garçon au tout départ et que j’ai eu une princesse vraie de vraie 2ans de Reine des Neiges Mania, cours de danse classique, rose et paillettes! Hâte de voir la bouille du petit frère de Lucie! J’adore le petit koala et OUI il vengera sa soeur Bisous!

    1. Lucie adore danser mais j’ai pas vu de cours à son âge encore, donc pour le moment on fait baby gym (qu’elle adore aussi remarque…). J’ai réussi à éviter le rose ou la princesse mania à fond pour le moment encore (croisage de doiiigts !!!) par contre les paillettes en ce moment j’en sème partout où je passe avec ma fille 😆
      Lucie avait réussi à m’arroser plusieurs fois, mais si je pouvais éviter en vrai d’arroser les autres enfants à la mater, je serais tellement gênée en vrai 😆 Sauf si je retrouve la maman de la dernière fois mouhahahah 😈

  9. Oh, un p’tit gars … (et rate pour Lulu)
    Bon, si tu suis mon blog, tu connais mes interrogations sur comment élever de petits garçons avec feminisme … et finalement, c’est aussi un exercice de déconstruction pour nous parents

    1. Oui c’est un travail d’équilibriste pour nous en tant que parents. Comme aussi la gestion d’une fratrie !! Ça va être une grosse découverte pour moi ça aussi 😆 On tâtonne, galère, réussi, rate, on se débrouille et on s’en sort comme on peut !!

  10. Bon en même temps Chti-rex ça sonnait « garçon » donc inconsciemment tu te doutais de quelque chose ! Le mien nous a tourné le dos à chaque échographie, nous n’avons su ce que c’était que deux mois avant la naissance, pratique aussi ! Alors juste un truc à savoir avec les petits garçons, avant de mettre la grenouillère bien fermer la couche parce que ton dessin est plus que véridique et c’est que du bonheur de mettre au lavage le petit vêtement qui a servi 10 secondes !!!

    1. Mogwaï était aussi plus masculin que féminin, même si l’habitude fait que maintenant ça me choque moins !! C’est plus du hasard que de l’intuition ! Je pense que j’aurai changé pour Chtite-Rex une fois le sexe déterminée avec certitude au besoin d’ailleurs.
      Lucie avait été pas mal dans ce genre, il avait fallu attendre deux mois avant la naissance pour savoir… Heureusement que les prénoms de fille nous viennent plus vite que ceux de garçons car le Chti-Rex ça va faire un moment qu’on tâtonne à vide !
      Mon père me disait le gant de toilette sinon pour éviter les pipis hélicoptères, je sens que ça va être quelque chose à maîtriser vite ces manipulations au début 🙄

  11. Au fait ouf pour ton Nif, faut pas nous faire des peurs comme ça ! Et je te rassure j’ai aussi été un garçon manqué

    1. On a eu très très peur ! Et on a re-peur depuis hier, on a remarqué qu’il avait perdu quasi tous ces poils au bout de sa queue… Il a à nouveau la queue qui peut se tenir droite contrairement à quand il est rentré mais il est totalement déplumé…
      On ne sait pas si c’est une conséquence du stress ou autre chose, mais ça va nous inquiéter pendant quelques temps je sens…

  12. J’ai été soulagée lorsque j’ai découvert, à sa naissance, que Petite poite était une fille.
    Pour toutes les raisons que tu cites.

    Mais, tu vois, j’ai confiance en toi parce que tu te poses déjà toutes ces questions. Et rien que ça, c’est déjà vraiment précieux pour lui !

    1. Je pense que comme pour Lucie il y aura du tâtonnement puis on trouvera notre voie, en attendant je me prépare et fourbie mes armes pour affronter tous les préjugés sur les garçons. Rien n’est jamais joué, on fera de notre mieux et c’est à nos enfants plus tard de tirer les leçons qu’ils veulent de ce que l’on leur a inculqué enfant mais ,entre son Papa et Lucie, je suis sûre qu’on saura faire un garçon respectueux !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.